De sources gazeuses en sources gazeuses

Le forum général où l'on discute de tout ce qui touche à l'actualité du cyclo-tourisme et bien d'autres choses encore...
Règles du forum
Pas de publicité. Respect de la thématique. Courtoisie bienvenue.
Répondre

Topic author
RoueLibre
Membre hyperactif
Membre hyperactif
Messages : 693
Inscription : mar. 1 avr. 2014 22:44
Status : Hors-ligne

De sources gazeuses en sources gazeuses

Message par RoueLibre » mar. 6 août 2019 19:36

Bonjour à tous, dernièrement j'ai dû rouler sur "vos" routes lors d'un périple dont le fil conducteur était d'aller à la rencontre des sources d'eaux minérales gazeuses. Normal nous apprécions si particulièrement ce brevage lorsque nous descendons de nos vélo qu’une petite visite de courtoisie s’imposait. Bon la liste en a été volontairement limitée aux eaux naturellement gazeuses (ou qui l’ont été un jour). Aujourd'hui comme n'importe quelle source commercialisée propose une variante en version gazeuse et les marques de distributeurs changeant de nom très fréquemment, histoire de ne pas faire 2 fois le tour de France je ne les ai pas retenues. Par ailleurs je me suis interdit tout transport avec un engin motorisé et la sans doute très excellente eau Corse Orozza n'a pas eu droit à notre visite.
Partis de Savoie avec ma tendre nous avons donc « butiné » les sites de Wattviller, Vichy, St Yorre, Chateldon, Beauregard de Vendon, St Romain le Puy, St Galmier, St Géron, La Salvetat S/ Agout, Lamalou les Bains (près), Vergèze, Quetzac, Arcens, Meyras (07), Prades (07), Vals les Bains et Asperjoc.
Préparer le périple prend pas mal de temps car pour savoir si une eau gazeuse est naturellement gazeuse à la sortie de la source ou bien si elle a été regazeifiée avec son propre gaz ou avec du gaz intégralement ajouté relève d'une vrai enquête de journalisme tant les informations qu'on peut trouver de ci de là sont contradictoires.
Qu’importe, nous les avons quand même super appréciées y compris la St Géron (source près de Brioude) et ce par moins de 15°lors d'un repas à Ruyne en Margeride.

Les étapes et les remarques qu'elles nous ont inspirées:

Etape 1 Chambéry/Bourg en Bresse: col de l'Epine, bout de Viarona, rive droite de l'Ain et forêt de Certines:Seillon. Etape rallongée car du fait du WE de l'Ascension et du beau temps tous les hôtels et gîtes des gorges de l'Ain étaient complets. (partie basse des gorges dans le département de l’Ain)

Etape 2 Bourg en Bresse/Besançon: Revermont très agréable avec le col de France, ensuite vallée du Suran, Orgelet, Pont de Poitte, Mirebel, près du cirque de Ladoye, Poligny (ah la descente vers Poligny un vrai bonheur!!!), Ounans, Montbarrey, Arc et Senans, Byans S/ Doubs et ensuite voie verte le long du Doubs jusqu'à Besançon. Sur ce tronçon je pense que nous avons roulé sur des circuits parcourus par Jimmy et sa Cyclote. La dernière fois que j'étais passé dans le coin des travaux interrompaient la piste cyclable. Je peux donc affirmer que le tunnel du canal avec la piste cyclable c'est quand même nettement mieux que le tunnel routier sans piste cyclable. :?

Etape 3 Besançon/ Mulhouse: la voie verte tout le long ou presque. Reposant car on roule quasiment comme sur des rails et à Mulhouse nul besoin de chercher où l'on doit aller l'EuroVéloroute vous amène directement dans le quartier de la gare. Mieux qu'un GPS. Sur cette voie verte le macadam m'a expliqué qu'il était quasiment en mesure d'indiquer à Albina le niveau d'usure de ses pneus. Par contre à la sortie de Beaume les Dames j'ai pris involontairement un aiguillage qui m'a envoyé dans le Val de Cusance. J'ai donc fait une boucle à Sancey et le col de Ferrière pour rejoindre la piste cyclable à l'Isle/ Doubs. Pour Jimmy, le Val de Cusance est superbe. Si ce n'est pas trop loin de chez toi cela peut être une idée de virée. Par contre attention repérer les restaurants car quand tu commences à avoir bien faim et que tu les trouves tous fermés par la suite tu les trouves … très espacés… et là c’est pas bon pour l’ambiance générale….

Etape 4 Mulhouse/Remiremont: Si l'arrivée à Mulhouse s'est faite comme sur des rails le départ lui a été plus compliqué du fait d'une foultitude de pistes cyclables qui vont nulle part ou plutôt 500m plus loin que l'endroit où on se trouve et ce après vous avoir fait faire un détour de 3km. Je crois que j'ai battu Albina dans son road-movie antérieur à l'achat de M. Garmin. Moi j'ai quand même une excuse car pour mémoriser les noms des villages de la banlieue Alsacienne j'étais obligé de me focaliser sur des noms comme Plastatt, Richviller -connu pour ses mines de potasse- et d'écarter tous ceux se terminant en "eim" c’est à dire quasiment … tous !. Arrivés à Wattviller j'ai pû attaquer la montée du col de Silberloch, le col d'Amic, le Grand Ballon, le col de .... et le col de ... Bref tous les cols de la superbe Route des Crêtes qui vont jusqu'au col de la Schlucht. Là je pense que chaque fontaine et chaque tronc d'arbre connait personnellement Driver. Le panorama est superbe. Les virages du Grand Ballon sont pavés. Je ne sais pas si c'est une astuce pour éviter que les motards ne confondent avec le circuit du Castellet mais cela a l'air efficace pour ceux qui ont une selle minimaliste surtout si le passager …. est une passagère. La descente vers Gerardmer est un vrai plaisir et ensuite il y a encore du Bonus quand on va à Remiremont. J'aime bien ta région Driver !

Etape5: Remiremont/Lamarche S/ Saône: Par le Val d'Ajol encore superbe! Bon à partir de Luxeuil les Bains changement de programme et cela a été une étape relativement monotone de "liaison" comme ils disent pour le Tour (de France, pas des Eaux). 40Km sans restaurant entre Luxeuil et Port S/ Saône et le fait de se faire jeter du 1er restaurant à Port S/ Saône annoncé comme complet -mais pour lequel je pouvais attendre qu'une table se libère- n'est sans doute pas étranger à ce ressenti. Bon peut-être que le restaurant est à cran car avec le contournement de Port sur Saône en construction ses jours d’affluence risquent d’être comptés….

Etape 6: Lamarche S/ Saône/Digoin: Via Nuit St Georges/Beaune les vignobles Meuseault and Co. Cela a été une étape d'ethnologue où j'ai pu constater que la culture du vin lorsqu'elle est érigée en industrie se traduit par un nombre phénoménal de voitures et de camion sur les routes. La fenêtre de tir de la pause repas a donc été utilisée pour effectuer le trajet sur nationale entre Nuits et Beaune et j’ai également mis à profit comme gabarit ralentisseur les engins agricoles qui sont eux aussi obligés de rouler sur les routes à fort trafic. Le Creusot n'est pas mal non plus et les voitures cul à cul n'ont absolument pas idée qu'en vélo en arrivant sur l'itinéraire sécant tu pourrais être intéressé pour passer avant la fin de l'heure (des heures?) de pointe. Je vais réconcilier AngströmCyclo avec les véloroutes entre St Bérain S/ Dheune et St Julien S/ Dheune si ce que j'ai pris pour la véloroute du canal du centre passe bien là et n’est pas un circuit vélo classique. Le panneautage du ou des circuits vélo t'expédie dans les coteaux et là j'ai trouvé une vrai surprise et un vrai tobbogan où j'ai failli coincer avec un braquet de 40x25! Tu vois AngströmCyclo que parfois les véloroutes ne se limitent pas à 3% de pente max!

Etape 7: Digoin/Thiers: Montaiguët en Forez, Lapalisse, Vichy, St Yorre, tour de vire vire du coté d'Arronnes avec plusieurs bosses à 17% histoire d'aller vérifier si les champs captant étaient propices pour que l’eau de St Yorre soit de bonne qualité. Non en fait c'est une erreur d'interprétation sur la Chimelin qui m'a fait perdre à un carrefour la D175. La mise en page de la carte doit avoir certaines contraintes qui font qu’il ne faut pas extrapoler le détail au 1/2 mm près... Ensuite à Puy Guillaume changement de cap pour 2 raisons, l'hôtel ou je pensais pouvoir loger vers Maringues ne répondait pas et l’hôtel de Puy Guillaume n'avait pas de chambre à louer car c'est l'hôtel qui était à vendre.

Etape 8: Thiers/Ambert. au départ nous avons longé la Dore ce qui m'a fait penser à l'autre périple des sources d'AngströmCyclo même si c'est l'homonyme de la Dor de la Dordogne. Ensuite direction Riom pour aller voir la source Rozanna par des petites routes sympa. Sortie de Cellule puis passage à Lezoux, au chateau d'Aulteribe, Courpière…. Du fait de l'heure j'ai modifié mon programme initial car j'étais craintif de me lancer à l'assaut du Col du Beal sans avoir un point de chute identifié. Crainte était prémonitoire si je me fie au 1er refus -de ma carrière de cyclotouriste- d'un hôtelier à Vertolaye pour garer les vélos à l’abri dans un local de l'hôtel : ce n’était pas possible car il n’y avait aucun emplacement pour glisser deux vélos dans un recoin de l’établissement alors... que nous aurions été les 2 seuls clients pour cette soirée là….

Etape 9: Ambert/Montbrison. Par la nationale un dimanche matin ça passe. Les voitures sont encore en mode "dilettante" et n'ont pas à faire un chrono pour rentrer à la maison dans les délais. Un petit bonjour à St Romain le Puy à la source Parot ensuite Montbrison, 1/2 journée d'arrêt lessive à la laverie automatique. L'hôtel pris totalement au hasard s'avèrera être complet le lendemain car réquisitionné par l'équipe AG2R pour le Dauphiné.

Etape 10: Montbrison/Brioude: via St Galmier Andrézieux-Bouthéon, sa D3498 infernale vers laquelle tous les panneaux vous renvoient lorsque vous cherchez la direction de St Bonnet le Chateau. Exellent restaurant à Luriecq où la patronne nous a proposé de mettre les vélos à l'abri de la pluie dans son garage personnel (comme ce restaurant n’avait pas de menu du jour question tarifs c’est un petit peu comme si les vélos avaient également mangé). Ensuite des cols marqués sur le terrain et pas sur les cartes routières, Usson en Forez, partie de toboggan sur les hauteurs via Sauvessange avec là chose surprenante un hôtel restaurant pour un village de 500 habitants. Ensuite climatisation naturelle avec une brume à couper au couteau à Medeyrolles (1000m), gorges de la Dore récupérées à Dore l’Église pour rejoindre Laval / Doulon, Champagnac le vieux la D5 Auzon et l’objectif du jour St Geron et sa source. Surprise de fin de parcours après 180km à 20H30 à Brioude : les 3 hôtels du centre ville étaient fermés mais un seul prenait la peine de l’afficher ! Les hôteliers ont beau multiplier cette année les obstacles je ne craquerai pas pour un téléphone ayant des « fonctions télématiques ».

Etape 11: Brioude/Aumont-Aubrac : au départ gorges de l’Allier jusqu’à Lavoûte-Chilhac, Chastel, Ruynes en Margeride, Viaduc de Garabit via la D13 qui permet de découvrir l’ouvrage en arrivant perpendiculairement à sa hauteur pour ensuite plonger dessous pour traverser la Truyère et bien sûr remonter sur l’autre rive ce qui permet de bien observer les piles et le tablier.

Etape 12: Aumont-Aubrac/Arvieu : au départ d’Aumont une « non-déviation » pour travaux nous a un petit peu détournés de la route directe de Nasbinals mais à permis à mon épouse de voir le chateau de la Beaume (48) . Ensuite lestés d’ un aligot nous avons repris notre route par Aubrac, St Côme d’Olt, Lassouts, Cruéjouls, Laissac, Ségur, Prades Salars, lac de Pareloup et Arvieu.
Là j’ai dû passer sur des routes connues de Vaber. Petit veinard va ! Les routes sont superbes et en plus il y a de nombreuses haies qui permettent de se protéger du vent et donc d’observer plus sereinement les éoliennes tourner.

Etape 13: Arvieu/ Salvetat S/ Agout : petite partie de tobbogan Aveyronnais au départ avec un vent bien sûr contraire, passage au lac de Villefranche de Panat, La Besse -mais pas celle des Vosges !- Broquiès, St Izaire, Rebourguil, Belmont S/Rance, Col de Sié, Lacaune, Col de Piquotalen et la Salvetat/Agout.
A la sortie de Belmont certains jours -dont bien sûr le jour où nous y sommes passés- vous aurez toutes latitudes pour lire toutes les inscriptions peintes sur le macadam destinées à encourager les coureurs du tour de France dont le local Lilian Calmejane. Une belle cote de plus de 10km avec un fort vent de face vous amène à vous coucher sur le vélo à la Merckx pour éviter la séance de sur-place. Info pour les Sudistes qui ont tendance à quadriller le massif de l’Espinouse, la route Lacaune/La Salvetat S/Agout est très agréable.

Etape 14: La Salvetat S/Agout/Montpellier : là je pense que j’ai emprunté les routes de Vaber et de AngströmCyclo en remontant l’Agout via Fraisse, le Col de Fontfroide, Cambon, Salvergues, le col de l’Espinouse, (ou le pas de la Lauze?), le col de la Pierre Plantée, Lamalou les Bains, traversée de l’Orb, Moulinas (Source Vernière), Bédarieux, Le Mas Blanc, col de la Merquière, Brenas, Octon, Salasc, Mourèze, Clermont-l’Hérault, Gignac, Aniane, Montarnaud, Grabels et Montpellier.
Paysages superbes en remontant l’Agout et ce alors que le temps était pluvieux (décidément….). Anecdote marrante à proximité du col de Madale : alors que j’étais en train de regarder la carte pour trouver la départementale qui descendait directement à Lamalou et non pas celle qui va au Poujol S/Orb, un fourgon orange -un peu décati- avec des armoiries de l’IGN s’est arrêté au carrefour et m’a indiqué … que j’avais fait une erreur pour le choix de la carte ! Le chauffeur avait l’oeil car il se trouvait presque à 10 mètres et il a pû voir que j’utilisais une carte … Michelin. Je l’ai rassuré en lui disant que j’étais gros utilisateur de cartes IGN 25000 pour les randos à pied mais que pour le vélo c’était Michelin pour les chevrons figurant les pentes.
A part ça quelques remarques personnelles à Clermont L’Herault il y a plus de voitures que d’habitants et que dans un rayon de 20km autour le Montpellier il est plus facile de trouver une agence immobilière pour acheter une maison … qu’un hôtel pour dormir. Dans cette zone de 20km et dans la plage horaire 16H00/19H30 il est inutile de chercher une petite route pour être tranquille les bagnoleux les empruntent à toute berzingue pour tenter d’améliorer le chrono sur les quelques m² de libre qu’elles offrent.

Etape 15: Montpellier/ Saint Jean du Gard : départ de Montpellier un samedi matin pas trop tard pour avoir dégagé les zones commerciales périphériques à l’heure d’ouverture des Mammouths de la grande consommation et ce parfois en profitant de superbes pistes cyclables ou d’aménagements calamiteux. Les aménagements pour le vélo à Montpellier et dans sa banlieue sont assez disparates. Du coté du très très bien il y a des pistes cyclables qui ont été réalisées sur d’anciennes routes pour lesquelles la frondaison de platanes a été gardée et la nouvelle route pour les voitures a été faite en parallèle à la piste cyclable … en plein soleil. Du coté du beaucoup moins bien il y ces pistes qui d’un coup se retrouvent sur le trottoir pour être ensuite partagées avec les piétons pour ensuite … disparaître purement et simplement. Le tout bien sûr sous forme d’un dédale qui fait que pour un cycliste qui n’est pas du coin il lui est absolument impossible de savoir où il va et au bout d’un moment il atterrira sur la 4 voies ! (et comme les bagnoleux considèrent qu’il n’à rien à faire là parce qu’il y a des pistes cyclables l’ambiance est très sereine).
Avec une navigation qui n’est pas sans rappeler celle de Magellan lorsqu’il a emprunté la première fois le détroit qui porte son nom pour rejoindre Vergèze et la source Perrier j’ai contourné les nationales, les départementales « jaunes » et les départementales « blanches » qui ne présentent pas l’aspect d’un dédale. AngströmCyclo et Manouche doivent connaître par coeur : Clapiers, Teyran, St Drézéry, Beaulieu, St Christol, Saturargues, Villetelle, Guaillargues le Montueux, Vergèze. Poursuite de la virée l’après-midi par Calvisson, la D107, Fontanès, Lecques, D178, Sardan. Ensuite D188, Bragassargues, Canaules et Argentières, Lézan, Anduze avec ensuite arrivée à St Jean du Gard. L’étape aurait pû être rallongée mais compte-tenu que nous étions un samedi le « quota » de voitures de la journée était atteint aussi nous sommes allés ranger les vélos dans la batisse qui avait accueilli Modestine et Stevenson.

Etape 16: Saint Jean du Gard/Mende : route traditionnelle de la corniche des Cévennes avec les très agréables col de St Pierre, de l’Exil, … pour rejoindre Florac. L’après-midi trajet via Ispagnac, Quézac (et sa source bien que gazeuse par artifice), la grimpée à la baraque des Gendarmes qui en début d’après-midi du fait de la pente et de l’orientation des gorges du Tarn s’apparente à une séance de « pierrade ». Ensuite petit bout de RN88 pour rejoindre Mende. Depuis Florac j’avais l’esprit préoccupé car je m’étais rendu compte que le pneu de Mme était usé jusqu’à la corde et pour mon matricule il valait mieux pas qu’il éclate… compte-tenu que je ne m’en étais occupé que trop rapidement avant. Problème majeur, à Mende les vélocistes sont fermés le lundi donc la réparation nécessitait un arrêt à Mende non prévu et de surcroît de quasiment 48 heures. L’ange gardien que tout cyclotouriste a dans ses sacoches s’est manifesté alors que nous étions arrêtés sur le parking d’un bouclard à proximité de son bac de recyclage. Dans celui-ci se trouvait un pneu « Cheval-Bleu » type marathon en 700x35 qui pouvait remplacer -pour dépanner- le 700x30 épluché de la roue arrière de mon épouse. Après l’avoir bien inspecté -celui là- il était parfaitement utilisable et ne présentait aucune blessure tant au niveau de la tringle, de la bande de roulement ou des flancs. S’agissait-il de l’ancien pneu de Mme AngströmCyclo qui avait abandonné sa place aux pneus Compass ?
L’Ange Gardien a dû voir que l’écart de taille « colossal » entre le 35mm et le 30 me gênait un petit peu aussi 5 minutes après, un dimanche après midi à 17H00, le gérant du magasin est arrivé pour me permettre d’avoir un vrai pneu de 700x28 neuf et l’a installé sur le vélo sans me faire payer la main d’oeuvre !

Etape 17: Mende/Arcens : via le can de la Roche (c’est à dire un collet), le lac de Charpal (Merci AngströmCyclo pour l’info sur le lac), Chateauneuf de Randon, la vallée du Chapeauroux, Pierrefiche, Chastanier, Langogne. Pause repas. Départ de Langogne par la D392 pour rejoindre l’Espéron puis un petit peu de portage dans le village pour enjamber les tranchées de remplacement des canalisations d’adduction d’eau et ensuite cap sur Lanarce par la superbe vallée de l’Espezonnette. Finalement j’aime bien quand je suis en vélo ces nouveaux chantiers qui ferment purement et simplement les routes. Cela t’amène quasiment 10km de tranquilité et sur le chantier avec un minimum de courtoisie cela se passe toujours bien avec les ouvriers. St Cirgues en Montagne bis repaetita avec un chantier qui ferme la route. La Lozere et l’Ardèche ayant décidé de regoudronner l’intégralité du réseau routier et ce en mode « ballastage de gravier » je savoure le pneu neuf du vélo de Mme. Ensuite petit parcours en commun mais chacun son sens avec bébé Loire. Passage au col du Gerbier de Jonc et descente jusqu’à Arcens. Arrêt dans un nouvel hôtel qui vient de prendre du service car vers la vallée de l’Eyrieu j’ai déjà eu à constater qu’ils étaient rares.
Etape 16: Arcens/Vals Les Bains : Passage à Le Cheylard en plein préparatifs de l’Ardéchoise 2019, ballade dans le col de Mézilhac. Pause repas au restaurant du col car la suite de la ballade ne fait passer que dans des petits villages que je ne connais pas. Poursuite ensuite de la virée vers Lachamp-Raphaël, sur une partie à découvert avec un vent défavorable histoire d’apprécier d’avoir mangé avant. D215 vers la Cascade du Ray-Pic, Burzet, St Pierre de Colombier, Meyras et sa source Ventadour qui rencontre quelques problèmes d’exploitation. Y a t’il aussi une guerre des eaux minérales ? Ensuite passage à Prades et sa Source Vernet puis Vals les Bains. Ensuite petite recherche du hameau d’Asperjoc constitué de deux hameaux dont un Thieuré perché au sommet d’un promontoire pour lequel l’accès ressemble quasiment à un col. Ce hameau n’est pas le siège de la source « Reine des Basaltes » mais l’eau du …. cimetière y est aussi excellente. Retour à Vals les Bains par la route d’Entraigues et en longeant la Volane on passe bien devant la Reine des Basaltes.

Etape 18: Vals Les Bains/Chambéry : Mme n’avait aucun 200 à son actif et il n’y avait pas de sources sur la route donc après une rapide incursion dans le vignoble de Lussas, le col du Benas, un passage à Privas, un contre la montre pour descendre au Pouzin, étape à Loriol pour manger. (ce qui a été la seule erreur de ce tour des eaux). Ensuite Livron, des routes blanches pour rejoindre Chabeuil et la départementale D538 doublée de bandes cyclables jusqu’à Romans. Ensuite grimpée vers la forêt de Chambaran, passage du col de la Madeleine (38) et pas celui de la Savoie, Roybon, St Geoirs, Rives, St Etienne de Crossey et le Col de Couz (625m) qui est la rampe de lancement pour arriver à la maison.
RoueLibre



Avatar de l’utilisateur

AngstromCyclo
Vétéran
Vétéran
Messages : 2273
Inscription : lun. 22 août 2016 17:04
Localisation : Proche Montpellier Ouest
Âge : 55
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: De sources gazeuses en sources gazeuses

Message par AngstromCyclo » mer. 7 août 2019 06:34

Ben ça alors!! Chapeau! :bravo2

Quand Rouelibre raconte un voyage c'est pas de la bibine... Il carbure à l'amour et l'eau fraîche et le résultat est impressionnant. Je suis vraiment épaté. :shock: Et madame, elle ne fait pas semblant non plus. Terminer sur un 200! Daniel, vous êtes carrément dans une autre catégorie que nous...

Tu as anticipé ma question: non, tu ne passeras pas à "l'ordiphone". Pour l'instant...

Par contre, tu n'as donné aucune indication sur ta monture. Le Cyfac serait-il rentré dans ton écurie à temps pour ce périple?

Non, le pneu cheval bleu dasn la benne n'était pas celui qui a été remplacé par les Compass! :wink:

La prochaine fois que tu (vous) passes(ez) à Montpellier, ne pas hésiter à venir dormir. On reçoit souvent des cyclos y compris du forum, donc ce serait avec plaisir. Surtout si vous galérez pour trouver un hotel.

En tous cas ton récit est intéressant et il met notre géographie à l'épreuve. C'est un super thème pour une rando à vélo. Il emmène dans des coins superbes et très adaptés à la rando à vélo.
Et il démontre que si tu participe avec parcimonie sur le forum, tu y viens régulièrement et aucun détail ne t'échappe.

Quant à ma réputation, tu ne m'aide pas trop en me présentant comme un anti voies vertes. Je les apprécie et roule dessus (à dose modérée) comme tu le sais (souvenir humide) :wink: ).

PS: pour la route entre Lacaune et la Salvetat, j'ai un projet dasn les cartons qui passe peu ou prou dans vos roues entre Belmont/Rance et La Salvetat puis le haut Agoût.


A+

Angstrom

"Un cyclotouriste n’a pas de palmarès, il n’a que des souvenirs… » Jean Taboureau

Mon blog : Mon Expérience Vélo

Avatar de l’utilisateur

Manouche
Membre actif
Membre actif
Messages : 360
Inscription : jeu. 30 mars 2017 12:31
Localisation : Languedoc
Status : Hors-ligne

Re: De sources gazeuses en sources gazeuses

Message par Manouche » mer. 7 août 2019 06:57

RoueLibre a écrit :
mar. 6 août 2019 19:36
..... Préparer le périple prend pas mal de temps car pour savoir si une eau gazeuse est naturellement gazeuse à la sortie de la source ou bien si elle a été regazeifiée avec son propre gaz ou avec du gaz intégralement ajouté relève d'une vrai enquête de journalisme .....
Je suis restée sans voix à la première lecture. Un fil rouge original pour ce périple costaud. Félicitations à tous deux. Parfois, je me trouve un peu décalée par rapport à tous ceux qui partent sur de superbes machines sur mesure, avec électronique embarquée, et listes de gîtes réservés. Ici, je salue bien bas la performance physique. J"ai relu ce matin ce récit, où il n'y a pas un mot de trop, en suivant quelques points sur une carte.
Manouche
Dernière modification par Manouche le mer. 7 août 2019 10:55, modifié 1 fois.



Avatar de l’utilisateur

albina
Vétéran
Vétéran
Messages : 1661
Inscription : jeu. 3 juil. 2008 17:07
Localisation : Suisse (Jura)
Âge : 83
Status : En ligne

Re: De sources gazeuses en sources gazeuses

Message par albina » mer. 7 août 2019 09:40

Fabuleux Daniel !

Du coup je vais imprimer ce récit, histoire de pouvoir le lire plus agréablement... Avec tous ces noms de lieux ou cols qui sonnent familièrement il me faut un peu de recul pour visualiser vraiment !
Parmi les nombreux passages amusants j'ai retenu celui-ci
(comme ce restaurant n’avait pas de menu du jour question tarifs c’est un petit peu comme si les vélos avaient également mangé).
:mrgreen: :bravo3 :bien

Je regrette juste que pendant votre 3e étape vous avez passé si près de chez moi sans que nous ayons eu l'occasion de se voir...

Voilà une sacrée aventure : déjà le thème, fallait le trouver. Et puis 18 étapes... ça fait combien de kms ?
Félicitations et bises à Mme !
Charles


Tout ce qu'on fait, mérite d'être bien fait

Avatar de l’utilisateur

CYCLOHC
Vétéran
Vétéran
Messages : 4762
Inscription : mar. 9 août 2011 19:27
Localisation : Alpes
Âge : 70
Status : Hors-ligne

Re: De sources gazeuses en sources gazeuses

Message par CYCLOHC » mer. 7 août 2019 10:57

RoueLibre a écrit :
mar. 6 août 2019 19:36
Poursuite ensuite de la virée vers Lachamp-Raphaël, sur une partie à découvert avec un vent défavorable histoire d’apprécier d’avoir mangé avant. D215 vers la Cascade du Ray-Pic, Burzet, St Pierre de Colombier, Meyras et sa source Ventadour qui rencontre quelques problèmes d’exploitation. Y a t’il aussi une guerre des eaux minérales ? Ensuite passage à Prades et sa Source Vernet puis Vals les Bains. Ensuite petite recherche du hameau d’Asperjoc constitué de deux hameaux dont un Thieuré perché au sommet d’un promontoire pour lequel l’accès ressemble quasiment à un col. Ce hameau n’est pas le siège de la source « Reine des Basaltes » mais l’eau du …. cimetière y est aussi excellente. Retour à Vals les Bains par la route d’Entraigues et en longeant la Volane on passe bien devant la Reine des Basaltes.
Bravo pour ce superbe périple, joliment raconté !
Tu as sû trouver la petite route de Thieuré, un des nombreux bijoux de l'Ardèche que même beaucoup de Cyclos locaux ne connaissent pas !


Sans cap, tous les vents sont contraires....

Avatar de l’utilisateur

emilpoe
Membre actif
Membre actif
Messages : 416
Inscription : ven. 15 juin 2018 19:43
Localisation : Savoie
Âge : 51
Status : Hors-ligne

Re: De sources gazeuses en sources gazeuses

Message par emilpoe » mer. 7 août 2019 11:08

Salut,

Comme quoi la flotte aussi peut faire faire des chose incroyable, bravo pour ce périple ! :bien
AngstromCyclo a écrit :
mer. 7 août 2019 06:34
...
Par contre, tu n'as donné aucune indication sur ta monture. Le Cyfac serait-il rentré dans ton écurie à temps pour ce périple ? ...
Moi je sais euuhh ! :)


L'horizon est inépuisable...

Avatar de l’utilisateur

driver
Membre actif
Membre actif
Messages : 88
Inscription : lun. 9 avr. 2018 17:52
Localisation : Alsace (67)
Status : Hors-ligne

Re: De sources gazeuses en sources gazeuses

Message par driver » mer. 7 août 2019 15:52

Incroyable ! :bravo2
Et merci pour le clin d'oeil. :wink:
J'aurais volontiers fait un bout de chemin avec vous sur la route des crêtes.

@+ :)


"Le cyclotourisme est l'art de mettre l'effort physique au service de la découverte touristique en apprenant à voir et à apprécier les beautés de la nature et l'héritage du passé"
Jacques Faux

Avatar de l’utilisateur

AngstromCyclo
Vétéran
Vétéran
Messages : 2273
Inscription : lun. 22 août 2016 17:04
Localisation : Proche Montpellier Ouest
Âge : 55
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: De sources gazeuses en sources gazeuses

Message par AngstromCyclo » mer. 7 août 2019 20:58

albina a écrit :
mer. 7 août 2019 09:40
Fabuleux Daniel !

Je regrette juste que pendant votre 3e étape vous avez passé si près de chez moi sans que nous ayons eu l'occasion de se voir...

Voilà une sacrée aventure : déjà le thème, fallait le trouver. Et puis 18 étapes... ça fait combien de kms ?
Félicitations et bises à Mme !
Charles
+1


A+

Angstrom

"Un cyclotouriste n’a pas de palmarès, il n’a que des souvenirs… » Jean Taboureau

Mon blog : Mon Expérience Vélo

Répondre
Cyclos-Cyclotes | Forum  : Responsabilité