La fois ou j'en ai bavé le plus...

Le forum général où l'on discute de tout ce qui touche à l'actualité du cyclo-tourisme et bien d'autres choses encore...
Règles du forum
Pas de publicité. Respect de la thématique. Courtoisie bienvenue.
Répondre
Avatar de l’utilisateur

Topic author
albina
Vétéran
Vétéran
Messages : 1771
Inscription : jeu. 3 juil. 2008 17:07
Localisation : Suisse (Jura)
Âge : 84
Status : Hors-ligne

La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par albina »

Salut tout le monde
Voilà, en ce moment, suite à une opération, je dois me tenir tranquille pendant un moment, et le seul moyen de m'intéresser au vélo maintenant c'est à travers mon ordi... :(

Alors cette histoire de montagne de Lure décrite sur un autre fil me donne une idée: de créer une nouvelle discussion, où chacune/chacun pourrait raconter son expérience la plus cuisante de sa carrière : cagnard, pluie, ennui technique etc.
C'est sûr aussi et c'est mon cas, il n'y a pas UNE expérience difficile dans une carrière de cyclo, mais plusieurs et de plusieurs natures, et bien difficile de choisir parmi celles-ci laquelle est LA PLUS CUISANTE de toutes.
Je vous en confierai aussi quelques-unes :)

Alors, racontez-nous par exemple la fois ou vous avez eu envie de vendre votre vélo, voire de le balancer dans le fossé et de vous reconvertir à la méditation orientale, aux échecs ou à la belote...

A vos claviers
Charles


Tout ce qu'on fait, mérite d'être bien fait


velodumatin
Membre
Membre
Messages : 54
Inscription : dim. 25 avr. 2010 21:29
Localisation : Suisse romande
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par velodumatin »

Surtout, tous mes voeux de guérison !

Comme tu dis, pas évident de trouver LA galère, l'Unique avec une majuscule. En fait, je ne crois pas avoir jamais vraiment eu envie de jeter mon vélo dans le fossé... par contre quand même des moments pas faciles. Je peux revivre mentalement des sensations de détresse, mais quand je cherche à préciser le souvenir je n'y arrive pas. Comme quoi on garde surtout les bons souvenirs et on oublie les autres. Mais s'il faut en citer un, les dernières 2-3 heures avant abandon sur Paris-Brest ont probablement frôlé le fond du trou, entre une immense faiblesse, des fesses qui criaient grâce et des genoux en grève... Là, j'ai vraiment rêvé, non pas d'échecs ou de belote, mais de vélo flâneur sans enjeu.




Sapaudia
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par Sapaudia »

pas mal de galeres
surtout plus jeune
lorsque je me prenais pour un coureur
et les annees de quadra lorsque je pratiquai le maso tourisme a bicyclette
a present quinqua c est cahincaha
http://cbandiera.free.fr/pbp/1000km/" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;
mais a 60 ans ce sera se..agenaire, vivement les 60
voila pourquo now je prefere les petites virees a deux aux paris prestes paris
et le paris brest en gateau au paris brest des couraillons
on a donné comme on dit
a présent place aux plaisirs démodés
-----------------------------

avec l age on en bave moins car plus sage
on y va tranquille
le but n est pas d'en baver, meme si ns sommes des escargots
---
une grosse hypoglycemie en 1993 je crois
lorsque a l entame de mon 10 eme col de la journee, je me suis endormi dans le fossé au col de tamie
ramassé par un cyclo heureusement
comme un c.. j'avais sauté le repas de midi et ne connaissais pas la maltodextrine
---
et qlq courses regionqles en equilibre en file du groupe , il faut s accrocher pour basculer avec les meilleurs
afin d epater ma concierge..
qd j y pense, je fus un jeune c.., a présent un vieux c.., car comme dit Georges, qd on est c.. on est c.. l'age ni fait rien a l affaire
------------
par exemple cetet annee dans le sanescht ce fut dur, galere, mais je n'ai pas franchi le rubicon, meme si depuis je suis un peu nase
mais ce fut tekllement beau
http://cbandiera.free.fr/recits/Derborence/2.php" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;" onclick="window.open(this.href);return false;
-------------------
----------------
ceratines fois j'ai eu envie de :
Image
claudio



Avatar de l’utilisateur

franckcyclo76
Vétéran
Vétéran
Messages : 2184
Inscription : mer. 19 août 2009 10:29
Localisation : Pavilly (76570)
Âge : 55
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par franckcyclo76 »

La fois où j'en ai bavé le plus...
Le 17 mars 2011.
200 bornes faites le 16, terminées avec une bonne douleur. Tendinite sur le devant de la jambe droite.
Et il y avait 200 à faire le 17.

Quand Albina a créé ce post, j'ai cherché quand j'en avais chié le plus, et je n'avais pas trouvé.
Comme quoi il n'y a que les bons souvenirs de cette rando sur 2 jours qui restent : 1ère rando sur 2 jours, 2 Rayons d'Argent validés, 4 BPF pointés dans 3 départements différents.
Le dur, je ne l'ai pas oublié, je vais juste m'en servir pour ne pas recommencer les mêmes erreurs.


Franck. Cyclo solo
Mon blog : http://franckcyclo76.skyrock.com

Avatar de l’utilisateur

CYCLOHC
Vétéran
Vétéran
Messages : 4876
Inscription : mar. 9 août 2011 19:27
Localisation : Alpes
Âge : 71
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par CYCLOHC »

Allez, à cette heure-ci, il pleut la sortie a été écourtée...et donc, me voici devant mon clavier et mon écran à rechercher encore un peu l'ambiance du vélo....!

"La fois où j'en ai bavé le plus"....Mais, ce sont des dizaines, des centaines de fois où j'en ai bavé à vélo, en plus de 45 ans de pratique assidue !!!...et...j'ai horreur de souffrir !
Je vais commencer par une, car celle-ci, elle m'est revenue en mémoire en lisant un des posts sur les éléments météorologiques :

Je fais chaque année, au moins une fois, une superbe boucle au départ de Jausiers (Alpes Haute-Provence) via les Cols de Larche-Lombarde et Bonette. Au moins 3 années différentes les éléments se sont déchaînés sur moi...dont UNE ! :

-Donc, départ au petit matin, à la fraîche, sans se soucier de Monsieur Météo (d'ailleurs, c'est connu : "il se trompe toujours", et puis "qui écoute trop la météo reste au bistrot"...) le débonnaire Col de Larche incite à effectuer une sympathique bascule Italienne après un Espresso chez "Paulo" au Lago della Maddelena. Sympathique descente sur Vinadio pendant laquelle même Anquetil, Mercx ou Hinault (pardon aux plus récents, mais l'âge ne me rappelle que ceux qui m'ont fair rêver - et encore, je vous épargne Bobet ou Coppi-Bartali dont mes oreilles de petit enfant m'ont bercé par de la Famille passionnée...) n'avaient qu'à s'aligner...
-Vinadio donc, belle grimpée du Col de la Lombarde parmi les Pèlerins montés se recueillir au Sanctuaire de Santa Anna (Ils feraient mieux d'aller prier pour la clémence des Cieux ceux-là !...). Le ciel est bleu sur la Frontière Transalpine, plongeons sur l'affreuse Station de Ski d'Isola 2000 puis retrouvons la fournaise en vallée à isola, où il ne restera "plus qu'à"remonter la Vallée de la Tinée après une petite collation...
-Saint Etienne de Tinée : il y fait aussi bon que chez mon Boulanger à 3 heures du matin, le ciel a changé de couleur, des nuages en forme d'enclume, d'un gris métallique décorent les sommets environnants....
-3 kilomètres avant Bousiéyas, pas une goutte d'eau ne se signale à l'horizon......... :demoniaque BANG!!! :marteau un éclair déchire le Ciel, et la Montagne se fait frapper de plein fouet ! un éboulement de cailloux déferle vers la route :oops . Jean-Marie, mon équipier, se retourne (...et oui, il est toujours en tête !!!) : "chacun pour soi, on se retrouve dans 3 kilomètres, au Refuge de Bousiéyas..."...MAMAN ! je suis tout seul ! et l'Autre, là-haut, qui n'arrête pas de claquer et d'illuminer la Montagne et de déverser ses trombes !! :prie
-OUF, Bousiéyas...je suis encore en vie ! il doit être 15 heures environ, et il fait nuit...sauf quand l'Autre, là-haut, nous photographie sans arrêt avec son flash ! On s'abrite au refuge et...l'heure tourne sous l'orage....
-Bon, allez, bientôt 17 heures et pas d'accalmie. "Je vais guetter une auto qui monte, me ferai rapatrier sur Jausiers pour récupérer la mienne et je reviens te chercher" dis-je à Jean-Marie........MAIS !!! plus une auto ne monte, ah ! Si ! Une qui descend......au pas, 10 cm de grèle sur le capot :froid ....
-Bientôt 18 heures, on n'entend plus le tonnerre, mais il tombe des trombes....."Allez, on y va, le Col est dans 13 kms...encore chacun pour soi" !!MAMAN !!....Pas le temps d'avoir froid, je monte le col à une allure défiant toute concurence...même Jean-Marie n'arrive pas à me lâcher, comme il fait pourtant d'habitude !
-Camp des Fourches : col dans 8 kms, et l'Autre là-haut qui recommence à nous bombarder en nous flashant (que pourra-t'il bien faire de toutes ces photos ???)..."J'espère que Ma Dulcinée saura où j'ai mis le Dossier Assurance-Vie auquel je cotise depuis des années, en espérant que ce ne soit que dans le but d'enrichir mon Agent Général !!"...Mais là, maintenant tout de suite, je commence à douter !!
-OUF, Col de la Bonette : bon allez pour aujourd'hui, on n'ira pas pas faire la boucle fantaisiste pour atteindre le "Plus Haut Passage Routier d'Europe"....j'ai failli monter tellement Plus Haut !!
Mais c'est vrai que nous sommes montés vite !! à peine une grosse heure depuis Bousiéyas (12-13 km/h au final de la Bonette, sur un tel parcours, je suis fier de moi!!) ...Il faut dire qu'à cette époque-là, notre objectif était l'Embrunman Triathlon (pas de la rigolade je vous dis !!) si on veut être un "Ironman" il faut n'avoir peur de rien..!!...Pourtant, c'est bien la peur qui m'a fait réaliser cette "perf"...!

-Descente sur Jausiers....le Soleil vient nous retrouver en cette fin de journée d'été. C'est tout ce que j'en retiendrai afin d'y retourner les années suivantes malgré les injonctions de "Lui là-haut"...et, Il aura eu, depuis, l'occasion de m'adresser encore quelques menaces !!
Dernière modification par CYCLOHC le ven. 14 oct. 2011 07:08, modifié 4 fois.


Sans cap, tous les vents sont contraires....

Avatar de l’utilisateur

Topic author
albina
Vétéran
Vétéran
Messages : 1771
Inscription : jeu. 3 juil. 2008 17:07
Localisation : Suisse (Jura)
Âge : 84
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par albina »

A mon tour de vous en raconter une, qui n'est pas très ancienne puisque cela se passait en en juin 2010. Cette fois là, j'avais tout faux, sur toute la ligne... jugez plutôt :
Avec un ami, nous devions accompagner un groupe de randonneurs français, des Normands, qui traversaient la Suisse pour se rendre à Milan. Il était prévu de les retrouver à la frontière et de les accompagner en trois jours jusqu'à Chiasso.

Le matin du premier jour, départ de chez moi en voiture pour aller au rendez-vous, à env. 100 kms de chez moi... Il pleut à verse, il tombe des seilles, des cordes... enfin ce que vous voudrez mais vous avez compris. Après 50 kms, j'ai un flash , terrifiant : M.... je me suis trompé de godasses :confus au lieu des souliers cyclistes j'ai enfilé mes baskets. Donc pas de cales SPD... nous sommes partis pour 3 jours avec 2 cols de plus de 2000m :x et pas question de retourner les chercher, nous sommes déjà trop loin...

Au rendez-vous, nos amis ont une heure de retard : la pluie, et certains se sont gourés de route...
Enfin nous partons, apparemment cela ne se passe pas trop mal avec les godasses sur les pédales SPD... mais... que se passe-t-il avec mon vélo ???
il réagit bizarrement... Pas étonnant : LA DIRECTION EST BLOQUEE :pleure
Bon une demi heure et un déballage de trousses à outils plus tard, nous pouvons repartir, et le reste de la journée se passe à peu près normalement...

Le lendemain, la matinée se passe sans problèmes, mais l'après-midi, quand nous commençons la montée du Susten, je me rends vite compte que là, les fausses godasses ça le fait pas : mes pieds glissent latéralement, et je dépense presque autant d'énergie pour les maintenir en place que pour la montée... pas étonnant, je me fais larguer et quand j'arrive à Gadmen après 12 kms d'entrée en matière, les autres attendent depuis un bon moment, je suis compètement nivelé et il reste encore 16 kms, les plus durs :|
Mon copain a alors une idée : sur son vélo il a des pédales mixtes, SPD d'un côté et plates de l'autre. Il me propose de les échanger, ce qui est vite fait en trois coups de clé imbus, et nous repartons.
Je me traîne pendant 10 kms, pente 8% de moyenne, la pluie fine cède la place à la neige... et puis c'est bizarre depuis un moment je n'arrive pas à régler correctement mon dérailleur. Cela gratte, ma chaîne saute toute seule d'un pignon sur l'autre, et tout à coup, BLOCAGE COMPLET :confus :confus :confus Juste le temps de poser pied à terre pour ne pas tomber, et constater que ma roue AR ne tourne plus ni dans un sens ni dans l'autre... même pas possible de pousser le vélo,
L'écrou-cône de la roue libre s'est dévissé, les billes du roulement se sont fait la malle, ce qui reste du corps de la roue-libre s'est coincé de travers dans les rayons... A 100 m de l'hôtel Steingletscher, qu'on ne voit même pas because la neige ! 5 kms encore jusqu'au sommet :mauvais
Mon copain qui suivait à quelques dizaine de mètres s'arrête et me donne un coup de main pour sortir la roue et extirper ce bout de ferraille désormais inutile qui fut une roue-libre, afin qu'au moins je puisse pousser le vélo... je lui dis de ne pas m'attendre et d'avertir les autres de ce qui se passe.
Car la seule solution au problème, c'est de pousser le vélo sur les 5 kms restants. Je connais bien ce col et sais que la descente de 18 kms ne comporte pas de "ressuçées" donc il n'y a qu'à laisser rouler. A Wassen, au pied du col, passe la ligne du Gothard; donc je pourrai y prendre le train pour la remontée de 7 kms vers Goschenen où nous avons retenu nos chambres.
Une bonne heure de marche, suivie de 40 minutes de descente plus tard, j'arrive à Wassen et cherche la gare...

IL N'Y A PLUS DE GARE !!! Le trafic local à été supprimé et remplacé par un bus, qui évidemment de veut pas entendre parler de prendre un vélo :mauvais :mauvais

Cette fois je suis quand même un peu dans la m... et pense qu'il faut maintenant employer les grands moyens, je pense à un taxi.
J'entre donc dans un hôtel, raconte mon histoire et demande un No pour appeler un taxi : Mais Monsieur, il n'y a pas de taxi ici! et même s'il y en avait, cela vous couterait très, très cher !
La-dessus le patron cogite, réfléchit, se gratte la tête ... et annonce le résultat de ses réflexions :
BON, BEN JE VAIS VITE VOUS EMMENER !

Ainsi fut fait... Probablement que Joséphine (vous savez, l'ange gardien) a trouvé que cela commençait à bien faire, et qu'il fallait intervenir.
Ou plus simplement, qu'il y a encore parfois des gens sympas en ce bas monde ! inutile de préciser que la randonnée s'arrêta là pour moi, et que mes copains arrivèrent quand même à Milan !
J'aurais peut-être dû acheter un billet de loterie ce soir là...
Pièces jointes
&quot;Alex&quot; en perdition sur la route du Susten<br />21.06.2010
"Alex" en perdition sur la route du Susten
21.06.2010
IMG_0248.jpg (248.49 Kio) Consulté 5858 fois


Tout ce qu'on fait, mérite d'être bien fait

Avatar de l’utilisateur

CYCLOHC
Vétéran
Vétéran
Messages : 4876
Inscription : mar. 9 août 2011 19:27
Localisation : Alpes
Âge : 71
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par CYCLOHC »

Je le disais sur un autre "post" (hier, j'ai roulé.) -photos -

Jeudi 20 octobre...belle galère en perspective !! :
Ces derniers jours, l'hiver s'installe sur l'Alpe : neige à partir de 2000, les cols ferment ou deviennent dangereux (notre ancien Président du Conseil Général du 05, se tue ce jour là en auto en descendant la Bonette sur la neige...200 m dans les ravins des casernes de Restefond !). Mais, le beau temps est revenu...moyennant vent du nord++.
Allez, c'est Jeudi, pas d'équipier, j'ai l'autorisation de ma "Patiente Tendre Cyclote" qui ne me suit pas dans ces folies-ci, folies-là. Je charge mon Randonneur dans le coffre et direction Sisteron, désolé pour le carbone... :baffes
Sisteron : Mistral glacial 90 kms/h...c'est malin !chui quand-même pas venu pour rien ??!!
Départ vers St Etienne les Orgues, par deux fois raffales latérales me font poser le pied...au milieu de la chaussée (ouf, pas d'auto)
St Etienne les Orgues : virer plein nord >Montagne de Lure contre le mistral qui s'acharne. Pas de casse-croûte en poche, prévoir de redescendre pas trop tard pour revenir manger ici (ne pas prévoir la descente nord sur Valbelle, peut-être mouillée, glissante, à l'ombre). Mais la montée s'avère leeente, trèès leeente...il n'y a personne(faut être fada !!). Déjà 12 heures et quelques, je passe devant le Refuge de Lure :fou Stupéfaction ! :fou c'est ouvert, réhabilité !!! je me renseigne : ils pourront me faire manger à mon retour du sommet.....Je m'attaque au Mistral, je le vaincs sans peine, plus rien ne me fait peur...j'accélère (bon, d'accord çà fait passer du 6 au 8km/h :bravo3 ).
Récompense au resto imprévu : Accueil chaleureux, agréable restauration non conforme aux normes diététiques des "marchands de poudre de perlimpimpin" :piquenique Assiette de charcuteries, confit de canard assorti de légumes cuisinés, crumble aux fruits des bois(oui, j'en ai bavé !! :bien ) vin, café pour 18 €

Vivement la prochaine galère !! :champagne

Post : J'y suis retourné quelques jours après avec des Amis, dans des conditions beaucoup moins rudes...
Dernière modification par CYCLOHC le dim. 27 nov. 2011 09:50, modifié 1 fois.


Sans cap, tous les vents sont contraires....


daloz
Membre actif
Membre actif
Messages : 164
Inscription : jeu. 15 déc. 2005 18:10
Localisation : paris
Âge : 66
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par daloz »

moi c'est tempete dans le Galibier coté sud en septembre 2002 lors de mon premier tour des alpes...je montai coté valloire petite pluie fine en basculant l autre coté depuis valloire impossible de descendre tempete de neige fondue, glacée,rafles de vent, j ai faillli abandonné mon vélo, seul, descendu les 1 km en tenant le guidon de un doigt en tee shirt et cuissard court, je suis resté 3 heures a la boutiqe refuge pres du tunnel, doigts gelé, et redescendu sous pluie glacée battante sur briancon, faut dire que c etait inondation du Gard avec 30 morts d ou les conditions alpes du sud meteo..

aussi sous gros orages vers 18 heures en juin 2004 en haut de la Bonnette, réfugié commencé a dormir sous des plastiques au sol du camp militaire puis juste avant tombée de la nuit redescendu vers le bas.inextrémis;
les éclairs et tonnerre dantesque, tous le sommets italiens illmuminés, j avais vraiment les chocote..la foudre..


michel,cinqtoursgrandscolsalpespassion

Avatar de l’utilisateur

CYCLOHC
Vétéran
Vétéran
Messages : 4876
Inscription : mar. 9 août 2011 19:27
Localisation : Alpes
Âge : 71
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par CYCLOHC »

Eh oui, un orage dans la Bonette est, vraiment, une expérience INOUBLIABLE !...mais, peu recommandée !^^ (dans le Galibier non plus, mais là on peut trouver refuge !)


Sans cap, tous les vents sont contraires....

Avatar de l’utilisateur

jp37
Vétéran
Vétéran
Messages : 1162
Inscription : ven. 30 sept. 2011 08:43
Localisation : Gironde
Âge : 58
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par jp37 »

La fois où j'en ai bavé le plus? C'est la première fois où j'ai fait une sortie sur une longue distance. J'avais une quinzaine d'année, si ma mémoire ne me trahi pas. Nous étions en vacances au camping d'Hostens en Gironde, j'avais fait suivre mon vélo, un routier, bien lourd avec ces pneus demi-ballon de 650. Ce fut mon premier vélo, je l'avais reçu en cadeau pour noël l'année précédente. Jusqu'alors je n'avais fais que des virées avec les copains sur Bordeaux et sa banlieue. Cet été là, une association nommée CAP 33 organise des activités, notamment des balades à vélo aux aux alentours d'Hostens, ce qui me permit d'augmenter sensiblement la longueur de mes balades.

Et voila que je fait la connaissance d'un jeune de mon age, en vacance lui aussi au camping, qui pratique le vélo en compétition. Il me propose alors de l'accompagner sur une sortie qu'il compte faire, un parcours d'un peu plus de cents bornes. Ne doutant de rien, j'accepte!! Les premiers tiers se sont bien passé, il faut dire que le coin n'offre pas de difficultés particulières, ce n'est pratiquement que du plat. Les choses se corsent lorsque nous arrivons du coté de Villandraut, c'est un plus vallonnés et les kilomètres engrangés commence à pesés sur mes cuisses. C'est ici que commence mon calvaire, mes jambes se font de plus en plus lourdes, cotonneuses, je n'arrive plus à avancer!! Par inexpérience je n'ai bien entendu pris qu'un bidon d'eau et aucun ravitaillement solide pour combattre la fringale dont je suis victime. Mon compagnon de route, plus aguerri à la chose, partage avec moi les denrées qu'il a emmené. Malgré cela, la situation ne s'arrange pas vraiment, je n'ai pas la distance dans les jambes. Mon vélo se fait de plus en plus lourd, je le traine, plus que je ne le fais avancer. Dans les derniers kilomètres, mon camarade me prêtera même son vélo bien plus léger que le mien. Cela me permettra de me rendre compte que matériel ne fait pas tout, j'ai l'impression d'avancer un peu mieux dans un premier temps, mais la fatigue est bien présente!

Nous sommes quand bien revenus, enfin surtout moi, pour mon équipier ce n'était qu'une formalité vue la vitesse à laquelle nous avons parcouru le dernier tiers du circuit.

J'ai bien sur connu d'autres épreuves lors de mes sorties, mais celle-ci est celle dont je garde le souvenir le plus précis, surement parce que c'était ma première galère à bicyclette et que loin de m'avoir dégouté de ce sport, elle m'a ouvert la voie vers une passion!


Jean-Pierre
Mon blog relatant mes balades cyclotouristiques: jpb37-cyclo

Avatar de l’utilisateur

Bababobo
Vétéran
Vétéran
Messages : 2093
Inscription : lun. 5 déc. 2011 23:40
Localisation : Sawang Daen Din Thaïlande
Âge : 70
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par Bababobo »

Image

C'est moi, le vendredi 26 août 2011;
Mais il faut que je commence par le début de cette journée...

Avec mon ami thaï qui s'appelle Seut, nous quittons Nan tout en haut, au nord de la Thaïlande de bonne heure, ;
il fait encore nuit, il doit être environ 05h du matin.
Nous nous arrêtons au 7/11 qui se trouve sur notre route pour acheter boissons et gâteaux;
l'étape du jour est longue de 148 km et s'avère être difficile;
elle le fut et même plus que...
Au pied de la porte du magasin, des sacs de sable, vestiges de la précédente inondation (plusieurs mois avant celle qui a frappé Bangkok)

Image

Nous traversons Wiang Sa puis Na Noï où la DDE locale aurait dû mettre des panneaux indiquant ça:(5 km plus loin)

Image

Pas de panneaux nous fonçons droit sur le piège, mais heureusement nous sommes en VTT et un chemin tortueux nous fait éviter ce pont impraticable..
Par contre les autos et rares camions n'ont qu'un demi tour à faire

Image
Image

Nous sommes encore à 40 km du bac qui va nous faire traverser le lac Sirikit et la route est très vallonnée avec parfois des pourcentages dantesques et surtout un soleil de plomb

Image
Image


Oh qu'il est marron le lac...
Inondations récentes d'où déchets en tous genres ramassés par les rivières qui l'alimentent

Image

Nous arrivons donc à Pak Lai;
nous sommes à presque 100 km de Nan , il est environ midi, on n'a pas vraiment chômé sur la route

Image

Nous mangeons, bien et buvons, beaucoup, sur un des restaurant flottant, spécialité: le poisson
Puis cherchons le bac....

L'année précédente je l'avais pris avec mon pickup; deux véhicules par bateau tiré par un petit hors bord..
cette année ce type de bac n'existe plus, seul un tout petit machin sur lequel on peut à peine poser deux vélos et leurs fiers cavaliers..

Image
Image

Dix minutes de repos en plein cagnard et nous remontons sur les vélos en direction de Nam Pat;
il reste 50 km...facile....

Image

Ben mon colon, une heure plus tard et dix km plus loin... j'étais allongé sur la route, à moitié évanoui...
J'ai senti quelques minutes auparavant que j'avais les jambes en coton; je suis descendu de vélo et je l'ai poussé, mais ça n'allait pas mieux, j'avais l'impression de pousser un chariot de dix tonnes...
et je me suis affalé...
Le soleil? peut-être, pourtant casquette plus casque
manque d'eau, sûrement pas, je buvais un max;
je ne sais pas ce qui m'est arrivé...
Une idée parmi vous...?


Toutes mes photos avec Panasonic Lumix G 85 et zoom manuel de kit 14-42 ( 28 - 84 en equivalence 24x36 )


Sapaudia
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par Sapaudia »

c'est une hypoglycémie ca
cb



Avatar de l’utilisateur

Bababobo
Vétéran
Vétéran
Messages : 2093
Inscription : lun. 5 déc. 2011 23:40
Localisation : Sawang Daen Din Thaïlande
Âge : 70
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par Bababobo »

Merci pour la réponse;
j'y ai bien pensé mais ... je m'alimente régulièrement, peut-être pas assez en sucres rapides, c'est un fait, surtout ce jour là où il faisait une chaleur d'enfer et on était en montagne en plus...
La Thaïlande n'est pas le pays du sucre...bien qu'elle soit l'un des plus gros producteurs mondiaux de sucre de canne qu'elle exporte presque entièrement.
J'aurais dû acheter plus de gâteaux et surtout les manger régulièrement...
C'est comme l'eau, même si tu n'as pas soif, il faut en avaler...


Toutes mes photos avec Panasonic Lumix G 85 et zoom manuel de kit 14-42 ( 28 - 84 en equivalence 24x36 )

Avatar de l’utilisateur

EgaregEtKristell
Membre hyperactif
Membre hyperactif
Messages : 669
Inscription : mar. 6 mars 2012 10:48
Localisation : Démouville (14)
Âge : 37
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par EgaregEtKristell »

A la faveur d'un autre post, je découvre ce fil...
Bonne idée de mettre par écrit le pire ! ;)

Pour nous, l'hésitation est grande entre deux hauts faits :
- pendant la préparation du Tro Breiz, avec un pneu arrière qui déjante continuellement, aucun secours à espérer des automobilistes (puisque nous avions judicieusement choisi les petites routes tranquilles sans voiture) : on a poussé le tandem pendant quelques longs kilomètres avant d'être pris en pitié par une famille motorisée. Une fois installés dans la voiture nous avons compris l'autre cause de désertion des voitures : la radio débitait les commentaires exaltés d'un match de foot d'importance (ne me demandez pas qui jouait contre l'équipe de France et pour quelle compétition).
- pendant la réalisation du Tro Breiz : après une voie verte calme et ombragée qui nous abritait du vent, nous nous embarquons dans une série de montées et descentes sur une route toute droite, bien alignée avec le vent fort de ce 15 Août. Tandem chargé de sacoches, nous étions obligés de pédaler dans les descentes pour atteindre les 25km/h ! Nous avions prévu un arrêt à Trédion mais nous avons voulu pousser jusqu'à Elven... où il n'y a pas de camping ! Nous voilà donc bons pour quelques kilomètres en plus pour rallier Vannes (en pleine fête d'Armor : rues bondées, campings 5***** quasi complets) et finalement atterrir un peu plus loin encore au camping municipal d'Arradon. Ouf ! Du vent plein la tête, des kilomètres plein les jambes, le sommeil n'a pas tardé à venir !

Ca reste soft, mais c'est le but ! ;-)



Avatar de l’utilisateur

Hristo
Vétéran
Vétéran
Messages : 1963
Inscription : sam. 19 mai 2012 01:13
Localisation : Pau
Âge : 43
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: La fois ou j'en ai bavé le plus...

Message par Hristo »

Aloha,

je ne me souviens pas réellement d'en avoir bavé au point de vouloir jeter le vélo dans le bas-côté. Mais je me souviens avoir l'an dernier fait le col du Soulor et d'Aubisque depuis Pau en passant par le piémont, donc en rajoutant du dénivelé. Au total 130 km et 2500m de dénivelé. Seul bémol, j'avais mangé avec des amis et avais bu plus que de raison en plus de même couché tard. Donc, cinq heures de sommeil, déshydratation... Grosse fatigue sur la route du cirque du Litor entre l'Aubisque et le Soulor. Mais heureusement équipé en triple avec un 30x34 au plus petit, tu moulines et ça passe.

Mon médecin me l'a dit ensuite, l'alimentation c'est pas très important, le secret c'est l'HYDRATATION !


La paresse est un luxe abordable

Répondre