Projet réhabilitation vélo route

Règles du forum
Pas de publicité. Respect de la thématique. Courtoisie bienvenue.

Topic author
Manu76
Membre
Membre
Messages : 42
Inscription : dim. 7 août 2016 15:37
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par Manu76 » lun. 5 sept. 2016 22:41

Mille merci!
Voilà ce que j'ai trouvé en cherchant 5min:
https://www.leboncoin.fr/velos/1010192866.htm?ca=12_s
Est ce que Ca vous paraît être une bonne base?


Il fait savoir sortir de sa zone de confort et se mettre en déséquilibre avant.


vaber
Vétéran
Vétéran
Messages : 2068
Inscription : jeu. 4 févr. 2010 22:18
Localisation : Sud-Aveyron
Âge : 53
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par vaber » mar. 6 sept. 2016 06:54

Bonjour.
Demande lui s'il est en double ou triple plateaux. S'il est en double il est trop cher et même en triple il reste quant même cher vu le nombre de vélos en état que l'on trouve. Par exemple le vélo qu'a acheté App35 viewtopic.php?f=2&t=5436
qui était une vrai randonneuse et pas un demi course déguisé.
Après s'il est à ta taille, si les pneus sont pas trop craquelés et s'il est en triple pourquoi pas mais essai de le tomber vers 70-80€. La randonneuse sur laquelle je roule (voir "hier, aujourd'hui, j'ai roulé") m'a couté bien moins cher et c'est pas un demi course (au demeurant un demi course peut être un très bon vélo de ballade mais il ne faut pas le payer trop cher)
A+


On ne possède vraiment que ce que l'on sait...


Topic author
Manu76
Membre
Membre
Messages : 42
Inscription : dim. 7 août 2016 15:37
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par Manu76 » dim. 11 sept. 2016 22:21

Bonsoir,
Pas facile de trouver du triple plateaux :(
Est ce que ce modèle serait intéressant (le prix peut être pas, mais on peut toujours négocier)?

https://www.leboncoin.fr/velos/1014301901.htm?ca=12_s

Manu


Il fait savoir sortir de sa zone de confort et se mettre en déséquilibre avant.


pilpoil
Membre hyperactif
Membre hyperactif
Messages : 517
Inscription : ven. 10 oct. 2014 19:46
Âge : 71
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par pilpoil » lun. 12 sept. 2016 06:34

salut
il est joli ce vélo , mais pas pour en faire une "randonneuse" ,ou alors tu vas avoir du taf ! no comment
reste plutôt sur sur ce type de vélo ....
https://www.leboncoin.fr/velos/1017615445.htm?ca=18_s
c'est vrai que ça date un peu ,mais il semble en bon état ,pas trop cher et en 650 c'est pas rédhibitoire non plus ,pour le triple on doit pouvoir adapter
bon ,j'ai pas fait le tour de LBC non plus .....
bye




vaber
Vétéran
Vétéran
Messages : 2068
Inscription : jeu. 4 févr. 2010 22:18
Localisation : Sud-Aveyron
Âge : 53
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par vaber » lun. 12 sept. 2016 06:55

Bonjour.
Manu il est vraiment très beau le Motobec mais comme t'a dit PiPoil il n'est pas fait pour la balade. LA géométrie est surement trop typée course et tu ne doit pas avoir dessus d’œillets pour fixer les GB et les portes bagages. De plus les braquets doivent être très longs.
Le lien de Pilpoil est pas mal le vélo est en tout cas en bon état apparent mais à voir la taille. Et puis cela serai bien de l'avoir en triple plateaux.
A+ Phil


On ne possède vraiment que ce que l'on sait...


Topic author
Manu76
Membre
Membre
Messages : 42
Inscription : dim. 7 août 2016 15:37
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par Manu76 » lun. 12 sept. 2016 08:00

Salut,
Merci pour vos réponses !
Dommage que le tobec' soit en taille 52 et un peu loin de la maison...
Pour les œillets, je comptais demander avant d'acheter effectivement.
Pour la géométrie du cadre, je n'arrive pas encore à faire la distinction avec un velo de randonnée.
Bon je pense que j'ai retenu le principe, je repars à la chasse ;)
Merci
Manu


Il fait savoir sortir de sa zone de confort et se mettre en déséquilibre avant.


Topic author
Manu76
Membre
Membre
Messages : 42
Inscription : dim. 7 août 2016 15:37
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par Manu76 » lun. 12 sept. 2016 08:04

Je viens de trouver Ca :
Voici une annonce intéressante que je viens de trouver sur Leboncoin :
http://www.leboncoin.fr/vi/1016873043.htm

Plus rapide que prévu mais un peu cher. Il faudra changer les plateaux en plus...


Il fait savoir sortir de sa zone de confort et se mettre en déséquilibre avant.

Avatar de l’utilisateur

Hristo
Vétéran
Vétéran
Messages : 1629
Inscription : sam. 19 mai 2012 01:13
Localisation : Pau
Âge : 42
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par Hristo » lun. 12 sept. 2016 09:31

Dommage que tu sois si loin, je vends celui-ci en 650b : https://www.leboncoin.fr/velos/10166563 ... htm?ca=2_s[/url]

Du vintage avec des éléments modernes... Juste la potence éventuellement à changer. Un bon vélo pour la randonnée très roulant et confortable.

A+


La paresse est un luxe abordable


pilpoil
Membre hyperactif
Membre hyperactif
Messages : 517
Inscription : ven. 10 oct. 2014 19:46
Âge : 71
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par pilpoil » lun. 12 sept. 2016 10:22

Manu76 a écrit : Pour la géométrie du cadre, je n'arrive pas encore à faire la distinction avec un velo de randonnée.
salut
celui que propose Hristo est très correct , avec un cadre classique ,celui qui me semble le mieux pour notre activité et un prix très honnète ,mais tu dois pouvoir trouver son "frère" dans ton département
le cadre en "slooping" je n'en suis pas "fan"
même si je ne lis pas de revues ,cet article de la FFCT pourra t'aider à faire un choix en conséquence
désolé ! c'est "in extenso" .....mais par correction j'ai pas voulu réduire le mérite du mec qui a pondu l'article
pilpoil


DOSSIER "LE VELO DE RANDONNEE" :

Pour franchir le pas
Nos randonnées peuvent prendre des formes variées selon nos goûts, nos envies et nos possibilités. Elles vont d'une simple promenade en famille le dimanche après-midi à la sortie de la journée, jusqu'aux voyages aux longs cours en passant par les Randonnées permanentes, les brevets fédéraux ou les projets plus personnels et longtemps rêvés. Le randonneur pédestre adapte ses chaussures au terrain qu'il parcourt, le cyclotouriste fait de même avec son vélo.

Le randonneur cycliste, qu'il soit seul ou en groupe, conduit son périple à sa guise. Son vélo est son moyen de locomotion mais aussi son havresac dans lequel il emporte toutes ses petites choses personnelles qui contribuent à rendre le voyage agréable. Un vélo, certes, mais pas n'importe lequel!
La pratique du cyclotourisme peut se définir comme étant celle de la randonnée à bicyclette. Ici, le terme randonnée désigne un loisir sportif dans un esprit de découverte.
- Sportif car il faut bien grimper au sommet des côtes, voire des cols, affronter le vent et les kilomètres. Nous faisons du vélo pour faire du sport mais notre pratique est aux antipodes de la compétition. Nous connaissons et respectons nos limites et cherchons juste à nous faire plaisir, ce qui est déjà un beau résultat!
- Découverte car pédaler ne nous suffit pas. Nous allons à la rencontre des paysages, des villages et de leurs habitants, au cours de nos propres randonnées ou celles que nous proposent les diverses organisations de la FFCT.

C'est à ses outils que l'on reconnaît l'ouvrier

Contrairement à d'autres formes de pratique de la bicyclette, la randonnée implique une relative autonomie. Ce terme - qui fâche parfois - est à prendre au sens large et peut se traduire par le fait que le cyclotouriste doit pouvoir emporter avec lui tout ce qui est nécessaire à l'accomplissement de sa randonnée. Cela commence par le simple nécessaire de réparation, l'imperméable ou le coupe-vent jusqu'aux lourdes sacoches des voyageurs en passant par le pique-nique, l'appareil photo ou les objets personnels.
Le terme autonomie est également synonyme de confort et de simplicité.
Le cyclotouriste ayant choisi ce type de pratique peut, par exemple, se dépanner seul en cas de crevaison, disposer de son imperméable dès les premières gouttes, assurer son ravitaillement, etc. De façon générale, il n'est tributaire de personne pour faire face aux événements "ordinaires" de sa randonnée. Ici, bien entendu, chacun fixe ses propres limites et emporte sur son vélo ce dont il a besoin... et pas davantage!
La randonnée cyclotouriste, telle que définie ci-dessus, nous rapproche de nos amis, les randonneurs pédestres, qui sont animés par les mêmes motivations et poursuivent des buts similaires. Ceux d'entre nous qui ont tant soit peu pratiqué ce type de randonnée savent bien quelles attentions ces randonneurs portent à leur équipement : chaussures, sac à dos, vêtements et équipements divers sont choisis avec le plus grand soin et sont bien adaptés au type de randonnée. Et pour ne parler que des chaussures, on ne part pas à Saint-Jacques de Compostelle en espadrilles ou chaussés des fines "pointes" de Christine Arron!
Et si l'on veut bien considérer que le vélo est au cycliste ce que la godasse est au marcheur, force est de constater que le choix de nos vélos n'est pas toujours adapté à ce que nous voulons en faire. A notre décharge, il faut dire que le commerce du cycle est certainement moins soucieux de notre pratique que ne l'est celui de la randonnée pédestre pour ses pratiquants. Il suffit pour s'en convaincre de visiter un magasin consacré au sport ou la vitrine de la plupart des vélocistes... Nous y reviendrons.

Choisir son vélo de randonnée

L'autre façon de voir les choses

Pour bien des débutants l'acquisition du matériel se fait sous l'influence d'un vendeur ignorant les préceptes de la randonnée. Un non-choix qui peut se payer très cher. Et si vous commenciez par la fin...

Vous voulez un vélo? Prenez garde à vos critères de choix avant qu'il ne soit trop tard.

Erreur de casting
Dans la majorité des cas, l'achat d'un vélo se passe de la façon suivante : on choisit d'abord le cadre en fonction de la taille du cycliste. Parfois, un gabarit permet au vélociste de mettre le cycliste en situation et de déterminer les longueurs de manivelles, de potence et la hauteur de la selle. Ensuite et selon les goûts, l'offre et le contenu du porte-monnaie on opte ou non pour le carbone, matériau à la mode et omniprésent dans les vitrines. La forme du cadre est conventionnelle ou "slooping", parfois l'arrière "wishbone" et la fourche droite et profilée.
Viennent ensuite les périphériques. Nous faisons du cyclotourisme donc il nous faut trois plateaux. La roue libre va jusqu'au pignon de 26 dents, parfois plus, et les pédales sont automatiques. La selle est choisie pour son confort supposé, certaines ont un insert de gel, d'autres sont évidées en leur milieu. Tel que, voici déjà un beau vélo qui contentera beaucoup de pratiquants, adeptes des sorties courtes ou de voyages et séjours "tout compris".
Les ennuis vont commencer lorsque le cycliste voudra découvrir de nouveaux horizons et cherchera à adapter les accessoires! Pour ces derniers, les vitrines des vélocistes ou magasins spécialisés offrent un choix certain. En effet, il est possible d'y trouver des porte-bagages arrière adaptables sur la tige de selle, des garde-boue fixables par clips sur les éléments du cadre, des dispositifs pour fixer des sacoches sous la selle ou sur le guidon. En général ces accessoires sont censés être adaptables sur tous les vélos. Un vieil adage dit que "ce qui est bon à tout n'est bon à rien!" Sans aller jusqu'à cette triste extrémité, il est courant de constater que nous rencontrons les pires difficultés pour adapter ces accessoires et lorsque nous y arrivons, c'est parfois au prix d'acrobaties mécaniques, de trucs et astuces divers, le tout pour un résultat parfois contraire aux règles élémentaires de sécurité!

Procéder par ordre
A première vue, ce qui distingue le vélo de randonnée d'un autre vélo est la présence de ces accessoires. Il s'agit avant tout des garde-boue, des porte-bagages et parfois d'un éclairage fixe. Pour une efficacité maximum et pour éviter des désagréments, il est absolument nécessaire de les prévoir avant l'achat du vélo. En d'autres termes, le cadre doit être conçu pour recevoir les accessoires nécessaires au vélo de randonnée, selon les options choisies par son propriétaire.
Cette démarche est donc l'inverse de celle décrite en début d'article, ce qui revient à dire que le cadre d'un vélo de randonnée est totalement différent dans sa géométrie et sa conception, de celui d'un vélo de cyclo-sport ou de compétition.

Le vélo en 3 mots :

UN CADRE :
Il constitue la partie principale du vélo. Ses dimensions et sa géométrie obéissent à des règles précises, directement liées à la taille et la morphologie du cycliste ainsi qu'à l'usage final : compétition, VTT, randonnée...

DES PERIPHERIQUES :
Il s'agit des éléments mécaniques indispensables au fonctionnement de la bicyclette. On y trouve donc les roues, l'ensemble de la transmission, le poste de pilotage, les freins... Ici aussi, leur choix est intimement lié au cycliste et à sa pratique.

DES ACCESSOIRES :
Comme leur nom l'indique, ils ne sont pas indispensables au fonctionnement de la bicyclette. Certains sont obligatoires aux termes du Code de la route, comme une sonnette ou l'éclairage et les dispositifs réfléchissants, d'autres sont au choix de l'utilisateur tels les garde-boue, les porte-bagages... La plupart d'entre eux sont propres au vélo de randonnée.



Les accessoires

Un porte-bagages pour transporter ses effets, des garde-boue pour rester propre par tous les temps et la lumière pour voir et être vu. Rien d'extravagant ni de superflu dans ces accessoires qui répondent à des besoins de base.

Toujours à l'affût, les amateurs de randonnée recherchent nouveautés et astuces pour équiper au mieux leur machine.

Les garde-boue

Label de qualité et indispensables pour les uns, inutiles et encombrants pour les autres, ils ne méritent certainement pas cet excès d'honneur ou cette indignité. La fonction du garde-boue est de protéger le cycliste en cas de pluie, de protéger également certaines parties du vélo et éventuellement les copains alentour. Il s'agit donc d'un accessoire de confort et ils doivent être appréciés en tant que tels. Ils existent sous diverses formes et en divers matériaux : en métal léger et enveloppant, plats en forme de lame de différentes largeurs en fonction du pneu, en matière plastique.
Le choix d'équiper un vélo de garde-boue implique des points essentiels à prendre en compte dans l'architecture du cadre.

Protéger sans mettre en danger
Pour le garde-boue avant, un espace suffisant entre la tête de fourche et le haut du pneu doit être respecté ainsi qu'une distance axe de la roue/axe du pédalier qui permette de tourner le guidon sans que le bout du pied du cycliste touche au garde-boue.
Ces contraintes sont directement liées à la sécurité du cycliste. En effet, si le garde-boue est trop près du pneu, il existe un risque de voir un objet venir s'intercaler entre pneu et garde-boue et bloquer la roue. Quant au risque de voir le pied du cycliste toucher la roue, il se passe de commentaires. On admet généralement que la distance pneu/garde-boue est de 15 mm et que le bout de pied doit être distant d'au moins 5 mm du garde-boue.
L'installation d'un garde-boue arrière impose de respecter :
- une distance suffisante entre les entretoises inférieures et supérieures et le haut du pneu pour les mêmes raisons de sécurité auxquelles il faut ajouter la possibilité de démonter la roue, pneu gonflé ;
- une distance suffisante entre l'axe de la roue et celui du pédalier. Cette distance ou entraxe arrière, doit permettre le passage du collier du dérailleur avant et le bon fonctionnement de celui-ci.

Faire une fixation
Le cadre doit être également muni d'oeillets permettant une fixation efficace des garde-boue eux-mêmes (passage sous la fourche et les entretoises arrière) ainsi que leurs tringles à l'avant et à l'arrière au niveau des pattes qui reçoivent l'axe de la roue.
Pour en terminer avec cet accessoire, il est dommage que les constructeurs ne proposent pas de garde-boue fiables facilement démontables. En effet, cette particularité faciliterait grandement le rangement des vélos dans les voitures ou dans des housses, ces dernières permettant d'emporter alors nos vélos de randonnée dans tous les trains et sans formalités particulières.

Les porte-bagages

La première qualité d'un porte-bagages consiste à assurer le transport de la charge qui lui est confiée, en toute sécurité et sans nuire à la conduite du vélo. Plus que pour les garde-boue, il est ici nécessaire d'associer étroitement l'accessoire et le cadre.
Les porte-bagages sont placés à l'avant et/ou l'arrière du vélo, c'est-à-dire sur la roue ou plus exactement le plus possible sur la verticale passant par l'axe de la roue. Ce détail est important car il conditionne en partie la tenue de route du vélo. Si nous prenons l'exemple d'un bagage placé sur le porte-bagages arrière, toute charge plus ou moins importante située à l'arrière de l'axe de la roue aura tendance à soulever l'avant du vélo et provoquer une vibration de la direction à grande vitesse dans les descentes.
On sait aussi que plus le bagage est lourd et plus il doit être placé bas. En effet et comme pour le sac à dos une charge importante placée haut nécessite plus d'efforts de la part du cycliste pour la maintenir dans l'axe vertical. C'est la raison pour laquelle les voyageurs au long cours portent leurs lourdes sacoches latéralement pour pouvoir les placer aussi bas que possible.
Ce qui précède est important pour un vélo de randonnée car il conditionne d'une part le choix des porte-bagages et leur emplacement et, d'autre part la façon dont ils seront fixés sur le cadre ainsi que la géométrie du cadre lui-même!

A l'avant, le plus utilisé
C'est sans doute le plus utilisé par les randonneurs. Il permet de disposer facilement du contenu du sac de guidon qui est parfois muni d'un lecteur de carte. Sa présence influe directement sur la direction de la bicyclette. En effet, une bicyclette chargée à l'avant doit présenter une chasse d'au moins 70 mm. Cette particularité nécessite bien entendu une géométrie du cadre spécifique que ne présentent pas les cadres destinés à un usage plus sportif.
D'autre part et pour un maintien parfait du sac, il est indispensable que le porte-bagages soit solidaire de la fourche, que le sac repose sur le porte-bagages et qu'il soit également solidaire de celui-ci. Ceci suppose que l'espace situé devant le guidon soit libre. Actuellement et pour un guidon dit "de course" seules les poignées Campagnolo™ offrent cette possibilité puisque les quatre câbles passent sous la guidoline, le long du guidon. Pour ceux qui ont choisi le concurrent Shimano™ l'encombrement des câbles conduit à fixer des sacs directement sur le guidon, sans soutien du porte-sac et donc "en hauteur" ce qui, nous l'avons vu, n'est pas la meilleure façon de le placer. Le risque est grand puisque le sac repose entièrement et seulement sur le système de fixation, assujetti au guidon par des colliers et supportant à lui seul le poids du sac et les soubresauts de la route.
Ici aussi, il est donc nécessaire de faire le choix de la transmission en "amont". Si le vélo de randonnée doit être équipé d'un sac situé à l'avant, mieux vaut choisir Campagnolo™. Si la préférence va vers Shimano™, le sac sera plutôt à l'arrière. Encore faut-il y prévoir le porte-bagages.

A l'arrière, équilibrez la charge
Contrairement à ce que l'on voit parfois, l'arrière du vélo n'est pas le meilleur endroit pour porter une charge importante. En effet, la roue arrière doit déjà supporter le poids du cycliste et on admet généralement que sa charge est égale à 60 % du poids total homme/machine. Cette charge peut monter à 65 % le long d'une pente. Néanmoins, un vélo de randonnée peut tout à fait être équipé d'un sac léger, situé à l'arrière, et posé sur un porte-bagages fixé au cadre par des attaches brasées comme les accessoires précédemment décrits. Ceci suppose également un entraxe pédalier/axe de la roue suffisamment long pour que le sac repose le plus possible à la verticale de la roue. Nous avons déjà évoqué cette particularité à propos des garde-boue.
Aujourd'hui, bon nombre de vélos sont équipés de porte-bagages arrière fixés sur la tige de selle en l'absence de tout équipement pour les fixer sur le cadre. En dépit de leur succès ces porte-bagages présentent un danger réel surtout si l'on est tenté de les charger lourdement. En effet, la charge repose alors en porte-à-faux et crée une contrainte importante sur la tige de selle et la partie du cadre qui la reçoit. Ces pièces ne sont absolument pas conçues pour travailler de cette façon d'autant qu'elles supportent, en plus, le poids du cycliste.
Au vu de ce qui précède, on pourrait résumer les caractéristiques du cadre du vélo de randonnée au simple fait qu'il doit être conçu pour recevoir des accessoires spécifiques. C'est exact mais un peu réducteur si l'on s'en tient là. Une autre fonction d'un tel cadre est d'assurer le confort du cycliste.

Le sac à dos
une fausse bonne idée
Beaucoup de cyclistes ont adopté cet équipement qui peut donner satisfaction tant qu'il est léger et peu encombrant. Dans le cas contraire et en dépit d'une opinion très répandue il constitue un réel handicap. Porter un poids sur son dos induit des efforts sur les bras et les épaules et déséquilibre le cycliste. En effet une charge, placée à cette hauteur, exige de la part de celui qui le porte une constante compensation de la force exercée par le sac, notamment lorsque le cycliste monte en danseuse ou lorsqu'il est penché latéralement. Sans vouloir vexer quiconque, on sait bien que tout muletier préférera que ce soit sa mule qui porte le sac. La mule est équipée d'un bât, le vélo de randonnée nous propose ses porte-bagages.



Le cadre

Les accessoires sélectionnés, il est temps de choisir le cadre. Sa géométrie doit aussi favoriser une résistance à la fatigue pendant les grandes randonnées.

Le cadre du vélo de randonnée doit être conçu pour recevoir les accessoires spécifiques. C'est exact mais un peu réducteur si l'on s'en tient là. Une autre fonction d'un tel cadre est d'assurer le confort du cycliste. La randonnée implique souvent de nombreuses heures de selle et le randonneur ne doit pas subir d'autres contraintes que celles dues au pédalage ce qui constitue déjà un beau programme. Le cadre étant la pièce maîtresse du vélo de randonnée, sa principale qualité doit être d'allier les deux vertus essentielles et fondamentales qui sont :

- La rigidité pour obtenir un rendement maximum et limiter les déperditions inutiles et néfastes à l'optimisation du potentiel physique du randonneur.

- La souplesse pour éviter qu'un surcroît de rigidité ne vienne entamer prématurément ce potentiel.

Pour concrétiser ces deux vertus, l'expression "une main d'acier dans un gant de velours" est de circonstance, expression que l'on peut interpréter de la façon suivante : "Un cadre acier pour pédaler dans le velours". Autant dire que le carbone, matériau moderne, n'est absolument pas adapté au vélo de randonnée. Outre son excès de rigidité, il est impossible d'y adapter les différents éléments de fixation détaillés plus haut. Les accessoires ne peuvent être fixés que par des colliers à l'esthétique douteuse et dont le serrage peut entamer l'intégrité du matériau. Autre argument et celui-ci rédhibitoire, l'offre actuelle des cadres en carbone est exclusivement tournée vers les vélos de compétition ou cyclo-sport. Il n'existe pas d'offre de cadre en carbone adapté au vélo de randonnée tel que décrit.



Les périphériques

Indispensables au fonctionnement du vélo et associés au cadre, ils participent également au confort du randonneur ou plutôt des randonneurs.

En effet, dans notre monde cyclotouriste la culture des différences est de rigueur. Nous sommes jeunes ou moins jeunes, lents ou moins lents, montagnards contemplatifs ou besogneux, cyclotouristes affûtés ou cyclo-gastronomes! Dans ces conditions, la notion de confort peut être appréciée différemment et notre position sur le vélo différente d'un individu à l'autre. Quelle que soit la catégorie à laquelle nous appartenons et pour faciliter le mouvement alternatif du pédalage notre précieuse anatomie sollicite trois points d'appui : les pédales, le guidon ou poste de pilotage et la selle. L'agencement de ces trois points d'appui entre eux constitue le réglage de la position, synonyme du confort et de l'efficacité recherchés. Comme pour les accessoires, la géométrie du cadre doit permettre les réglages nécessaires à chacun, selon ses motivations et ses différences. C'est bien le vélo qui doit être adapté à l'individu et non le contraire!
Parmi les réglages évoqués plus haut, deux au moins sont spécifiques au vélo de randonnée. Il s'agit de la distance entre la selle et le guidon et leur différence de niveau.

Le guidon

Outre sa fonction de "volant" il regroupe les commandes telles que les freins ou les manettes de dérailleurs. Mais il ne se limite pas à cela puisqu'il constitue un point d'appui du cycliste et c'est le seul qui offre plusieurs possibilités pour varier ce point d'appui. Lorsque la randonnée propose plusieurs heures sur le vélo, la variété des positions de la main sur le guidon est donc synonyme de confort et de rendement. Le guidon le plus usité est dit "de course". Malgré ce terme qui peut paraître réducteur ou peu adapté, ce modèle propose la possibilité de varier et l'écartement des bras et la position du poignet, même si peu de randonneurs utilisent la position dite "basse".
Il existe plusieurs modèles de guidons multipositions tel le guidon "papillon" qui répond aux mêmes exigences. Compte tenu de ce qui précède, il apparaît évident que le guidon "barre" n'est absolument pas adapté aux besoins du randonneur même muni d'appendices à chaque extrémité.
Les autres éléments périphériques sans doute moins spécifiques que les précédents, ont aussi leur importance et il convient de ne pas les négliger.

Distance selle/guidon

Selon le cyclotouriste, la position ne doit être ni trop allongée, ni trop redressée. Une position trop allongée provoque à la longue des douleurs dans les vertèbres cervicales, tandis qu'une position trop redressée provoque des douleurs dans les vertèbres lombaires. Sur ce dernier point, l'intensité des secousses devient, à la longue, traumatisante et mieux vaut adopter une position permettant d'étirer la colonne vertébrale.

Différence de niveau selle/guidon

C'est sans doute l'élément du réglage le plus "personnalisé". Elle peut varier selon l'âge et surtout la morphologie du randonneur. La règle générale veut que la selle soit plus haute que le guidon pour les hommes, et au même niveau pour les dames. Ici, c'est la notion de confort qui prévaut et la règle générale est souvent battue en brèche par le "particulier".
Pour arriver à concilier ces deux points spécifiques du réglage de la position, il est donc absolument nécessaire que le cadre soit conçu de telle façon que l'on puisse placer le guidon à la hauteur souhaitée et que la selle dispose d'un réglage avant/arrière suffisamment ample pour satisfaire tous les utilisateurs. La mode est aux cadres "slooping" c'est-à-dire des cadres dont le tube de selle est le plus court possible, dégageant la tige de selle au maximum. Si ce dispositif est acceptable en compétition avec des utilisateurs "légers" et peu en appui sur la selle, il peut s'avérer catastrophique pour un cyclotouriste plus lourd et qui va alors peser de tout son poids sur l'articulation tige/cadre, augmentant le phénomène de flexion parfois accentué par la présence d'un porte-bagages fixé sur la tige.

La selle

Elément de confort par excellence, elle ne remplit entièrement ce rôle qu'associée à un réglage adapté par rapport au guidon et aux pédales. La meilleure des selles placée trop haut ou trop loin du guidon peut se révéler le pire des instruments de torture. Les selles en cuir ont leurs partisans mais beaucoup de selles actuelles remplissent parfaitement leur mission même pour les anatomies les plus délicates.

Les roues

Plus que les roues elles-mêmes, ce sont surtout les pneus et leurs sections qui sont à prendre en compte. Il faut savoir que plus le cycliste et son bagage sont lourds et plus la section des pneus doit être large sachant que dans ce cas, la pression diminue avec la section. Pour fixer les esprits, il faut savoir qu'un pneu de dimension 700x23 doit être gonflé à 7 ou 8 kg de pression tandis qu'un 650x32 n'est gonflé qu'à 4 ou 5 kg. Le premier restituera toutes les aspérités de la route, le second en absorbera une partie.

Conclusion

Comme nous venons de le voir, la démarche précédant le choix d'un vélo de randonnée est surtout axée sur l'usage ou la pratique du cycliste. En d'autres termes, le vélo de randonnée ne peut être un vélo de compétition "customisé" comme on le voit trop souvent. Transformer un tel vélo lui fait souvent perdre les caractéristiques qui lui sont propres (tenue de route, contraintes mécaniques non prévues...) et ne donne pas entièrement satisfaction quant aux exigences de la randonnée telle que définie en préambule.
Le vélo de randonnée est donc un véritable choix, une volonté de la part du cyclotouriste qui acceptera de franchir le pas, souvent en surmontant ses réticences mais pour y trouver finalement un véritable avantage. Peu nombreux sont ceux qui, après avoir franchi le pas, ne se sont pas montrés satisfaits de leur vélo de randonnée.

(Source : revue "Cyclotourisme" n°549 de juillet-août 2006, la revue officielle de la Fédération Française de CycloTourisme)




vaber
Vétéran
Vétéran
Messages : 2068
Inscription : jeu. 4 févr. 2010 22:18
Localisation : Sud-Aveyron
Âge : 53
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par vaber » lun. 12 sept. 2016 12:25

Manu76 a écrit :Je viens de trouver Ca :
Voici une annonce intéressante que je viens de trouver sur Leboncoin :
http://www.leboncoin.fr/vi/1016873043.htm

Plus rapide que prévu mais un peu cher. Il faudra changer les plateaux en plus...

Salut Celui là laisse le tomber. Un seul plateau, un cadre en tubes ordinaire il est 100€ trop cher pour ce que c'est.
Sur ce Pilpoil t'a laissé un excellent document à lire et relire pour orienter ton choix.
A+ Phil


On ne possède vraiment que ce que l'on sait...


Topic author
Manu76
Membre
Membre
Messages : 42
Inscription : dim. 7 août 2016 15:37
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par Manu76 » mar. 13 sept. 2016 06:47

Un grand merci encore une fois. L'article est très complet, je pense le relire encore plusieurs fois avant de tout assimiler :)
J'ai enfin compris notamment pourquoi les randonneurs portent plus les bagages sur l'avant du velo, et pourquoi j'ai probablement limé méthodiquement les pignons de ma roue libre de mon VTT cet été :)
Bon, je me donne encore 3 mois pour trouver une base d'occasion à un prix d'ami. Après, je pense que je vais commencer à prospecter du côté du neuf. J'ai vu une marque UK qui propose d'ailleurs des modèles à un peu un plus raisonnable que ses concurrents (Ridgeback)...
Merci encore!


Il fait savoir sortir de sa zone de confort et se mettre en déséquilibre avant.


Topic author
Manu76
Membre
Membre
Messages : 42
Inscription : dim. 7 août 2016 15:37
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par Manu76 » dim. 9 oct. 2016 19:34

Bonne nouvelle!
Je pense avoir trouvé un velo doccas', un vrai de rando d'une marque reconnue, a priori à ma taille. Je ne donne pas plus d'info parce que ca va me porter la poisse (pas upersticieux du tout).
La mauvaise nouvelle c'est que j'ai toujoursle pied dans la plâtre et que pour essayer, il va falloir attendre!
Il faudra que je change le guidon (guidon droit monté et je veux un coudé type course). D'autre part la transmission montée est une deore en 3*9. C'est une transmission de VTT si je ne me trompe pas.. Je viens d'apprendre que, entre un VTT et un course les longueurs de câble à tirer pour passer les vitesses ne sont pas les mêmes (eh oui, je suis vraiment débutant). Cela veut donc dire qu'il va falloir modifier la transmission si je veux passer en guidon course, non? Est il possible de ne changer que le derailleur arrière pour un derailleur course, de garder la cassette 9v et de monter un guidon course avec les leviers 3*9 qui vont bien? Merci d'avance pour vos lumières.
Manu76


Il fait savoir sortir de sa zone de confort et se mettre en déséquilibre avant.


RoueLibre
Membre hyperactif
Membre hyperactif
Messages : 651
Inscription : mar. 1 avr. 2014 22:44
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par RoueLibre » dim. 9 oct. 2016 19:54

Bonne nouvelle!
Le dérailleur arrière ne sera pas à changer, il pourra être commandé par des commandes vitesse/freins habituelles.
Par contre c'est coté freins que cela va se compliquer: les leviers de freins type route qu'on utilise habituellement sur les guidons de course ne fonctionnent pas avec des freins type V-Brake.
Si ton vélo a des freins dits cantilevers c'est tout bon tu sera passé à coté de difficultés à résoudre. Si ce n'est pas le cas il te faudra faire un petit reportage pour qu'on puisse te conseiller.
RL




vaber
Vétéran
Vétéran
Messages : 2068
Inscription : jeu. 4 févr. 2010 22:18
Localisation : Sud-Aveyron
Âge : 53
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par vaber » dim. 9 oct. 2016 21:58

Bonsoir. Pour les Vbrakes il y a moyen de les commander avec des poignées de route. Je crois qu'il faut passer aux micro Vbrakes car c'est un problème de longueur de tirage. Sur les vélos de Patrick il y a un article là dessus.
A+ Phil


On ne possède vraiment que ce que l'on sait...


loz
Vétéran
Vétéran
Messages : 1524
Inscription : lun. 20 nov. 2006 00:35
Localisation : Grenoble
Status : Hors-ligne

Re: Projet réhabilitation vélo route

Message par loz » dim. 9 oct. 2016 22:09

Oui, avec des mini-VB ça marche, mais ça limite la taille des pneus (grosso modo 35mm+GB ou 45mm).

J'insiste, les dérailleurs avant ne sont pas compatibles dans ce sens (levier route avec déra vtt).



Répondre
Cyclos-Cyclotes | Forum  : Responsabilité