GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Règles du forum
Pas de publicité. Respect de la thématique. Courtoisie bienvenue.
Répondre

loz
Vétéran
Vétéran
Messages : 1549
Inscription : lun. 20 nov. 2006 00:35
Localisation : Grenoble
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par loz » dim. 16 oct. 2016 23:12

Au passage le 700 n'existe pas, c'est 700c. Comme le 650b.



Avatar de l’utilisateur

albina
Vétéran
Vétéran
Messages : 1674
Inscription : jeu. 3 juil. 2008 17:07
Localisation : Suisse (Jura)
Âge : 83
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par albina » lun. 17 oct. 2016 09:15

Au passage le 700 n'existe pas, c'est 700c. Comme le 650b.
Exact. Du moins maintenant, quand on dit "650" on pense implicitement 650b. Mais il a existé un standard 650A probablement rarissime, et un 650C encore actuel qui concerne plus spécialement les vélos de course.
Pour le 700 j'ignore s'il y a autre chose que le C ?
C'est beau les normes :briques
Charles


Tout ce qu'on fait, mérite d'être bien fait

Avatar de l’utilisateur

CYCLOHC
Vétéran
Vétéran
Messages : 4777
Inscription : mar. 9 août 2011 19:27
Localisation : Alpes
Âge : 70
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par CYCLOHC » lun. 17 oct. 2016 11:27

Pour info, j'ai essayé de passer des pneus 700x35C sur des jantes 29" (de mon VAE). Au risque de me luxer les pouces, je n'ai pas réussi....Par contre les 29"x2 sont passés à l'aise (?? : :exorbite )


Sans cap, tous les vents sont contraires....

Avatar de l’utilisateur

albina
Vétéran
Vétéran
Messages : 1674
Inscription : jeu. 3 juil. 2008 17:07
Localisation : Suisse (Jura)
Âge : 83
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par albina » lun. 17 oct. 2016 15:49

Mais il a existé un standard 650A probablement rarissime,
Je dois corriger : pas si disparu que ça... une expérience personnelle qui date de 2 ans. En reconnaissance en Bourgogne, j'ai eu un grave pépin de pneu : enveloppe déchirée :( Au prochain village il y avait un vélociste, et ô miracle à ma question d'un pneu de 650 il répond "oui" :ange
Ma joie fut de courte durée : au moment d'essayer de le monter :cogne_mur eh ben c'était un 650A :briques
Bon avec une grosse rustine posée à l'intérieur, mon pneu malade a tenu encore 200 kms , le temps de terminer mon expédition.


Tout ce qu'on fait, mérite d'être bien fait


marcel rollant
Membre actif
Membre actif
Messages : 247
Inscription : mar. 2 nov. 2010 14:34
Localisation : Nice, Alpes maritimes
Âge : 68
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par marcel rollant » lun. 17 oct. 2016 18:38

Finalement, même si ce n'est pas une vraie nouveauté, le Gravel-bike va plutôt dans le bon sens. Par contre, les freins à disque dont il est souvent équipé, et qui nécessitent des pattes spécifiques sur le cadre et la fourche ne me plaisent pas beaucoup.
Pour ma part j'ai découvert le néologisme Gravel dans une revue que j'affectionne : "200 le vélo autrement". Suis-je le seul à lire cette revue ?
Marcel



Avatar de l’utilisateur

CYCLOHC
Vétéran
Vétéran
Messages : 4777
Inscription : mar. 9 août 2011 19:27
Localisation : Alpes
Âge : 70
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par CYCLOHC » lun. 17 oct. 2016 18:59

Je ne crois pas que tu sois le seul !
Moi en tout cas je le lis. je n'ai pas encore eu le n° du 4° trimestre qui a du paraître.
Le Directeur de la Publication, Alain Puiseux, a participé et terminé la Transcontinentale 2016...c'est déjà de bon augure pour l'état d'esprit de la revue ! :wink:


Sans cap, tous les vents sont contraires....


vaber
Vétéran
Vétéran
Messages : 2214
Inscription : jeu. 4 févr. 2010 22:18
Localisation : Sud-Aveyron
Âge : 53
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par vaber » lun. 17 oct. 2016 20:24

Bonsoir.
Non tu n'est pas le seul à lire cette revue j'en suis aussi même si je ne partage pas tous leurs points de vue mais bon mettons cela sur la différence d'age.... Pour ce qui est du gravel (encore un anglicisme mais pour vendre il faut faire "branchouille") Pour les freins à disque je suis partagé en VTT c'est un vrais progrès sur la route, mouai c'est pour moi plus un argument pour faire renouveler le matériel des pratiquants.
A+ Phil


On ne possède vraiment que ce que l'on sait...


vieuxjim
Membre actif
Membre actif
Messages : 363
Inscription : sam. 27 juin 2015 18:30
Localisation : Franche Comté
Âge : 72
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par vieuxjim » lun. 17 oct. 2016 22:11

Un petit passage entre grog, sirop, paracétamol, etc, pour cause de bronchite (week-end gâché).
Pour ce qui est des freins à disques, que ce soit sur route ou en VTT, ça freine mieux et à fortiori par temps de pluie et sur chemins boueux.
Pour répondre à Phil, je pense que le principal avantage en faisant de la route , c'est qu'en cas de gros choc sur la jante, on n'est pas obligé de récupérer immédiatement et au poil près le voile avec la clé à rayons. Quand on a des freins à patins, une jante voilée, ça frotte.
Inconvénient des freins à disques : le poids. Mais sommes nous ici à quelques grammes près ?
Autre inconvénient avec les freins hydrauliques : pour les grandes rando, il faut avoir avec soi une fiole de liquide pour freins, au cas où et savoir purger le circuit en cas de besoin.
J'ai un copain, champion de France de cyclo cross depuis plusieurs années ( 9 fois), qui pestait début 2016 contre les freins à disques imposés par sa nouvelle équipe: il disait ne pas retrouver la souplesse de freinage des bons vieux freins Canti. Il est vrai qu'à son niveau, cela doit être beaucoup plus sensible qu'au nôtre.
Ce même copain-champion a par ailleurs participé à la mise au point d'un vélo de gravel pour son ancien équipementier: le modèle qui vient de sortir est équipé d'origine d'œillets pour arrimer porte-bagages et autres accessoires typés rando! Les freins sont à disques hydrauliques et les pneus sont de section 40mm, les braquets étudiés pour grimper aux murs! Il paraît que le vélo est à la fois nerveux et confortable.
Pour la couleur (grenat-rouge vif et jaune), on aurait pu trouver moins criard. On dirait un VTT des années 87-90. Il m'a affirmé n'être pour rien dans le choix de la déco !
Néanmoins ce pourrait être le prochain vélo de ma cyclote, justement pour remplacer son cyclo-cross...
Jimmy


ne buvons pas pour oublier, mais pour nous souvenir !


Nicolaz
Membre actif
Membre actif
Messages : 148
Inscription : lun. 30 mai 2016 22:34
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par Nicolaz » lun. 17 oct. 2016 23:19

Ben c'est quoi ce super vélo hyper mega bien ?



Avatar de l’utilisateur

albina
Vétéran
Vétéran
Messages : 1674
Inscription : jeu. 3 juil. 2008 17:07
Localisation : Suisse (Jura)
Âge : 83
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par albina » mar. 18 oct. 2016 09:23

Pour répondre à Phil, je pense que le principal avantage en faisant de la route , c'est qu'en cas de gros choc sur la jante, on n'est pas obligé de récupérer immédiatement et au poil près le voile avec la clé à rayons. Quand on a des freins à patins, une jante voilée, ça frotte.
Inconvénient des freins à disques : le poids.
Ce raisonnement est pertinent. Mais... dans toute ma carrière je n'ai jamais été confronté à ce problème. Cela relativise un peu :mrgreen:
Comme inconvénient des freins à disques, je le vois ailleurs : dans l'incroyable bordel que constitue le business du vélo maintenant. Par exemple, le catalogue actuel de mon fournisseur de matériel comporte plusieurs pages de plaquettes pour freins, bien entendu toutes plus incompatible les unes qu'avec les autres... et si tu as un problème au milieu de nulle part (il paraît que cela arrive) il y peu de chances que le prochain vélociste dispose justement du modèle dont tu as besoin : Pire qu'avec les pneus de 650 :cogne_mur
Quand je lis qu'il faudrait toujours avoir avec soi un (des ?) jeux de plaquettes, une fiole d'huile pour purger... eh ben moi je me dis qu'avec mes Mafac 2000 "tunés" je ne suis pas si mal loti :mrgreen: En tous cas dans mes récentes expéditions avec descentes à 20% voire plus il n'ont pas failli à leur tâche.
Voilivoilou
Charles


Tout ce qu'on fait, mérite d'être bien fait


marcel rollant
Membre actif
Membre actif
Messages : 247
Inscription : mar. 2 nov. 2010 14:34
Localisation : Nice, Alpes maritimes
Âge : 68
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par marcel rollant » mar. 18 oct. 2016 10:19

En effet, je vois une contradiction entre le côté "baroudeur" du Gravel et la sophistication de freins à disque.
Bien avant la déferlante Gravel, j'ai équipé mon Btwin de pneumatique de 25 d'un petit plateau de 26 dents, d'une cassette se terminant par un royal 28 dents .
Aurais-je été copié ? Comment faire valoir mes droits de prescripteur de tendance ?
Marcel




vaber
Vétéran
Vétéran
Messages : 2214
Inscription : jeu. 4 févr. 2010 22:18
Localisation : Sud-Aveyron
Âge : 53
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par vaber » mar. 18 oct. 2016 12:39

"eh ben moi je me dis qu'avec mes Mafac 2000 "tunés" je ne suis pas si mal loti :mrgreen: En tous cas dans mes récentes expéditions avec descentes à 20% voire plus il n'ont pas failli à leur tâche.
Voilivoilou"
Charles[/quote]


Hé puis c'est les plus beaux les Mafac avec les cantilévers. :bravo_double

A+ Phil

Ceci est un avis parfaitement objectif! :mrgreen:


On ne possède vraiment que ce que l'on sait...

Avatar de l’utilisateur

AngstromCyclo
Vétéran
Vétéran
Messages : 2296
Inscription : lun. 22 août 2016 17:04
Localisation : Proche Montpellier Ouest
Âge : 55
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par AngstromCyclo » mar. 18 oct. 2016 13:09

albina a écrit :
Pour répondre à Phil, je pense que le principal avantage en faisant de la route , c'est qu'en cas de gros choc sur la jante, on n'est pas obligé de récupérer immédiatement et au poil près le voile avec la clé à rayons. Quand on a des freins à patins, une jante voilée, ça frotte.
Inconvénient des freins à disques : le poids.
Ce raisonnement est pertinent. Mais... dans toute ma carrière je n'ai jamais été confronté à ce problème. Cela relativise un peu :mrgreen:
Comme inconvénient des freins à disques, je le vois ailleurs : dans l'incroyable bordel que constitue le business du vélo maintenant. Par exemple, le catalogue actuel de mon fournisseur de matériel comporte plusieurs pages de plaquettes pour freins, bien entendu toutes plus incompatible les unes qu'avec les autres... et si tu as un problème au milieu de nulle part (il paraît que cela arrive) il y peu de chances que le prochain vélociste dispose justement du modèle dont tu as besoin : Pire qu'avec les pneus de 650 :cogne_mur
Quand je lis qu'il faudrait toujours avoir avec soi un (des ?) jeux de plaquettes, une fiole d'huile pour purger... eh ben moi je me dis qu'avec mes Mafac 2000 "tunés" je ne suis pas si mal loti :mrgreen: En tous cas dans mes récentes expéditions avec descentes à 20% voire plus il n'ont pas failli à leur tâche.
Voilivoilou
Charles
Comme Charles : jamais eu de pb de voilage de jante, donc cet argument n'est pas celui qui me convainc, personnellement.
Mon expérience :
- très satisfait du freinage des V-Brake sur VTT transformé cyclo-campeur.
- MAFAC Racer avec patins coolstop (à 14€ la paire pourtant !) sur ma randonneuse Méral (avec vielles jantes alliage Rigida): acceptable sur le sec et pénalisant sous la pluie (après comparaison en situation réelle d'usage).
- Plaquettes usées en une seule rando VTT avec descentes bien raides par un neveu très costaud (et pesant autour de 90kg). Donc freins à disques = plaquettes de rechange obligatoires en randos montagne de quelques jours.

Est-ce un problème ? Tout le monde ou presque emporte une chambre à air de rechange, ce qui est encombrant et pas toujours facile à trouver non plus compte tenu des multiples diamètres de roues, types de valves et largeurs de pneus .
L'ajout de plaquettes dans sa trousse de secours aux côtés des démonte-pneus et autres outils (c'est différent lorsqu'on voyage autour du monde, bien évidemment) me semble acceptable si on est sensible aux avantages et particulièrement celui de la sécurité apportée par le freinage sur route mouillée (argument consensuel, je crois).

C'est la raison qui me pousserait à envisager de bons freins à disques mécaniques (donc sans huile, éventuellement limité à une seule roue) si je devais acheter un vélo neuf, ce qui n’est pas à l’ordre du jour (donc réponse à Phil: je ne vais pas changer de vélo pour cette seule raison :wink: ).

PS1:La remarque de Phil donne une bonne clé: on cherche quelque fois à rationaliser des préférences personnelles. L'esthétique ça compte (pour certains plus que d'autres)!!
vaber a écrit :"

Hé puis c'est les plus beaux les Mafac avec les cantilévers. :bravo_double

A+ Phil

Ceci est un avis parfaitement objectif! :mrgreen:

PS2: même il y a 30 ou 50 ans, il y avait des différences entre les patins de freins et leurs supports selon les marques. La société de consommation n’est pas nouvelle et elle n’est pas seule en cause : la protection par brevet force les fabricants dans cette voie.


A+

Angstrom

"Un cyclotouriste n’a pas de palmarès, il n’a que des souvenirs… » Jean Taboureau

Mon blog : Mon Expérience Vélo


vieuxjim
Membre actif
Membre actif
Messages : 363
Inscription : sam. 27 juin 2015 18:30
Localisation : Franche Comté
Âge : 72
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par vieuxjim » mar. 18 oct. 2016 15:54

Le champ s'élargit... et c'est très bien ainsi.
Angstrom, il y a 45 ans, j'étais jeune représentant, j'utilisais une voiture 3cv Citroën qui avait des freins à tambours, pas de direction assistée, pas de chauffage, pas de désembuage, je parcourais la distance Vesoul-Nancy soit 190km en 2h15mn. Aujourd'hui, ou tout au moins récemment , avec une voiture moderne équipée de freins dignes de ce nom et d'autres éléments de sécurité-confort, je parcours le même trajet ramené à 180km,en 3h...
Pour revenir au vélo, dans les années 60, Anquetil roulait le grand Prix des Nations, sur 90 km, contre la montre , à 41km/h de moyenne, avec un vélo "léger" en acier Reynolds de 8kg. Aujourd'hui, les spécialistes du CLM, dépassent rarement 50km, mais en 1heure, avec des vélos tout carbone qui flirtent avec les 6kg. Devons nous rejeter le premier cité ou ceux qui ont pris la relève?
Le vélo, comme la voiture, est un véhicule de transport individuel qui évolue. Il descend de la draisienne; on lui a ajouté d'abord une direction, puis des pédales et une transmission , on lui a inventé la roue libre; on lui greffe même après l'assistance à explosion des vélosolex ,puis une assistance électrique, plus ou moins bien admise, mais qui existe...
Je fais de la résistance, en roulant (peu) avec mon vieux vélo de course duralinox de 1984, que j'ai restauré (sans me sentir vraiment en sécurité dessus),et je me dis que tout va mieux avec mon Croix de Fer. Le bémol de ce progrès tient au fait que la plupart des fabricants prennent vent-arrière le souffle nouveau du Gravel pour concocter des vélos "tendance" en appliquant des tarifs excessifs, sous prétexte de freins à disques et autres accessoires...On a connu cela avec le VTT.
(à l'intention de nicolaz) :J'en saurai davantage ce soir à propos du gravel aux couleurs si vives (à faire peur à un caméléon!)
Amitié
Jimmy


ne buvons pas pour oublier, mais pour nous souvenir !

Avatar de l’utilisateur

AngstromCyclo
Vétéran
Vétéran
Messages : 2296
Inscription : lun. 22 août 2016 17:04
Localisation : Proche Montpellier Ouest
Âge : 55
Contact :
Status : Hors-ligne

Re: GRAVEL BIKE, une grande découverte ?

Message par AngstromCyclo » mar. 18 oct. 2016 18:37

vieuxjim a écrit :Le champ s'élargit... et c'est très bien ainsi.
Angstrom, il y a 45 ans, j'étais jeune représentant, j'utilisais une voiture 3cv Citroën qui avait des freins à tambours, pas de direction assistée, pas de chauffage, pas de désembuage, je parcourais la distance Vesoul-Nancy soit 190km en 2h15mn
Jimmy
:yikes Vallait mieux pas faire du cyclo sur la route où tu passais!!!
vieuxjim a écrit : Pour revenir au vélo, dans les années 60, Anquetil roulait le grand Prix des Nations, sur 90 km, contre la montre , à 41km/h de moyenne, avec un vélo "léger" en acier Reynolds de 8kg. Aujourd'hui, les spécialistes du CLM, dépassent rarement 50km, mais en 1heure, avec des vélos tout carbone qui flirtent avec les 6kg.
Jimmy

Pour étayer une discussion avec un copain fana de matos, j'ai étudié par le passé l'évolution des moyennes sur Liège-Bastogne-Liège, "la doyenne des classiques", se courant sur 260 km. Elle permet donc d'avoir un bon recul pour comprendre l'impact des progrès techniques sur le vélo.
On décèle plusieurs périodes:
Les débuts -> 1ère guerre mondiale: environ 25 km/h de moyenne
Fin 1ère guerre au milieu années 30 : augmentation jusqu'à environ 30km/h de moyenne
Milieu années trente - jusqu'à 1972-74 (soit 40 ans): augmentation rapide au début jusqu'à 35 km/h de moyenne puis stabilisation à 35
1974-2000 : augmentation jusqu'à 39-40km/h de moyenne
Depuis 2000: stabilisation autour de 39-40 km/h de moyenne

Je pense que l'évolution du matériel n'est qu'en (faible) partie responsable des gains observés.
Les plus grands facteurs sont selon moi dans cet ordre:
1) amélioration des revêtements des routes réduisant les frottements (des études intéressantes ont démontré le fort impact de la "rugosité" de la route sur la vitesse, de par l'énergie consommée par l'absorption des vibrations transmises par le vélo au cycliste) et fatiguant moins les coureurs;
2) dopage;
3) physiologie et sciences de l'entrainements beaucoup plus développées;
4) matériel dont allègement

En tous cas, l'arrivée du carbone après 2000 n'entraîne aucun gain décelable sur les statistiques (ou alors il a été annulé par le renforcement de la lutte anti-dopage, ce qui n'est pas impossible).

Le progrès technique a un impact très très relatif sur le vélo de route. Ce n'est pas du tout la même chose sur le VTT notamment sur les disciplines récentes comme la descente.
vieuxjim a écrit :Je fais de la résistance, en roulant (peu) avec mon vieux vélo de course duralinox de 1984, que j'ai restauré (sans me sentir vraiment en sécurité dessus),et je me dis que tout va mieux avec mon Croix de Fer.
Jimmy, ton vélo de 1984 est donc encore performant même si sur le plan du "confort" (indexation, manettes au cadre etc.) et de la sécurité du freinage, il est peut-être un peu dépassé.

Par contre, ce qui a fortement changé, c'est qu'en dépensant peu (relatif au pouvoir d'achat médian de la période), on peut acquérir en 2016 un vélo d'une bonne qualité (dans le sens de son impact sur la différence des moyennes permises, pas forcément sa durabilité, malheureusement) et avec un écart avec les cycliste pros plus réduit qu'avant.
La mondialisation et le marché de masse n'ont pas que des inconvénients.

Si on comprend qu'un cycliste professionnel recherche le vélo qui lui fera gagner les centièmes qui déterminent sa place sur le podium et le montant du chèque qu'il empoche (sans parler des sponsors), il apparaît clairement que la course à l'échalote sur le matériel n'a AUCUN SENS ( par rapport au gain marginal de performance; je ne parle pas du confort, sécurité etc ni du plaisir de se payer un beau vélo) pour un cyclotouriste et même pour la plupart des cyclosportifs (ils sont rares ceux qui en sont à une poignée de secondes près sur une journée de vélo).


A+

Angstrom

"Un cyclotouriste n’a pas de palmarès, il n’a que des souvenirs… » Jean Taboureau

Mon blog : Mon Expérience Vélo

Répondre
Cyclos-Cyclotes | Forum  : Responsabilité